Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 14:03

Le 9 novembre, Memorial 98, avec ses partenaires du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le négationnisme) et de l'association Ibuka-France (Justice et soutien aux rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda)  vous invite à participer à la  commémoration de la « Nuit de Cristal », pogrom d’État commis par les nazis le 9 novembre 1938 contre les Juifs d’Allemagne et d’Autriche.

Pour la 3e année consécutive, nous nous rassemblerons à Paris, à partir de 18h, devant le gymnase Japy, lieu symbolique dans lequel furent parqués en 1942, les Juifs raflés par la police française au service des nazis.

Dans la montée du nazisme et du fascisme en Europe, la Nuit de Cristal représente un jalon important: les nazis, au pouvoir depuis 1933 franchissent alors une nouvelle étape dans la violence, celle de massacres antisémites commis au vu et au su de toute l'Europe. Les images des synagogues incendiées, des enfants, des femmes et des hommes assassinés, arrêtés en masse, frappés et humiliés en public ne pouvaient pas être ignorées. 

Pourtant en France elles ne changèrent pas la situation: ni à la politique de refoulement des Juifs qui tentaient de fuir l'Allemagne, ni à la politique de laissez faire face à Hitler.

Quelques mois plus tôt, en juillet 1938, s’était tenue la conférence internationale sur les réfugiés d'Évian de juillet 1938, dont le but  était de de trouver des lieux d'asile notamment pour les réfugiés juifs, et qui se termina par un échec. Le gouvernement français y avait exposé sa position: la France n’accueillerait plus de réfugiés.

Deux mois plus tard, lors des accords de Munich le 30 septembre de la même année, le gouvernement français cède aux exigences nazies. Une partie de la Tchécoslovaquie (la région des Sudètes) est annexée au Reich nazi et le premier ministre français Daladier ose déclarer que  la " paix est  sauvée "

La France tournait ainsi ouvertement le dos à ses principes de pays de droits de l'homme, car le gouvernement recherchait à tout prix l'apaisement avec son voisin allemand, notamment à travers  des négociations secrètes menées par Georges Bonnet, ministre des affaires étrangères, depuis le 10 avril 1938.

Bonnet ne veut pas que les évènements de la Nuit de Cristal compromettent sa politique. Il choisit d'ignorer le rapport de George Von, ambassadeur de France à Berlin, qui lui écrit ainsi au lendemain des évènements : "Le traitement infligé aux Juifs en Allemagne que les nazis tentent d'extirper complètement comme des bêtes malveillantes, éclaire la grande distance qui sépare la conception hitlérienne du monde du patrimoine spirituel des nations démocratiques". Bonnet sera ensuite pétainiste, membre du Conseil national de Vichy et mettra en œuvre la collaboration


La France est ainsi la seule grande démocratie à ne pas avoir dénoncé officiellement les massacres perpétrés dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938.


De plus, le 12 novembre 1938, deux jours seulement après la Nuit de Cristal, une loi autorisait en France l'internement des "indésirables" dans des camps de concentration dont ceux des Milles et de Rivesaltes. Les réfugiés juifs allemands et autrichiens entrés non légalement en France étaient désormais directement menacés et seront internés, puis plus tard livrés aux nazis.

 

Les vieux démons à l'oeuvre aujourd'hui en Europe

Soixante et onze ans après la défaite du nazisme, rappeler que l'Europe est de nouveau en proie à « ses vieux démons » peut apparaître comme un cliché,  mais rend compte d’une réalité.

Ainsi, l'antisémitisme, que d'aucuns disaient « disparu », est bien là: il y a quelques jours, un candidat à la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson, s'est livré à une diatribe antisémite; ses maigres "excuses" suffisent à ses concurrents de la primaire pour le réintégrer en leur sein.

Laurent Wauquiez,  président du parti LR et de la région ARA, a choisi de diminuer la subvention du Mémorial d'Izieu dédié aux enfants juifs déportés par Klaus Barbie.Son acolyte Christophe Boudot, responsable du FN dans la même région, déclare carrément que ce mémorial est trop "politisé". C'est le même Wauquiez qui a lancé une croisade contre l'accueil des migrants et invite ouvertement les maires à les rejeter. Il démontre ainsi à quel point racisme et antisémitisme sont liés.

Dieudonné, Soral, Boris Le Lay, Vincent Reynouard, Faurisson et tant d'autres poursuivent impunément leur propagande antisémite, négationniste et complotiste. Leur dénonciation permanente  d'un "complot juif" porte une lourde responsabilité dans le développement de courants qui poussent la logique du complotisme et de l'antisémitisme jusqu'au meurtre de masse. Par deux fois en quelques années, des femmes, des enfants, des hommes ont été assassinés par les membres de Daech, parce que Juifs. Que la haine s'exprime sous couvert de religion ou de "lutte anti-système", elle produit ses effets : la peur quotidienne et spécifique d'une partie de la population, lorsqu'elle porte une kippa, lorsqu'elle va à la synagogue.

En Pologne, le gouvernement ultra-réactionnaire du PiS  veut intimider les historiens qui travaillent honnêtement sur cette période.

Partout en Europe, la terreur d'extrême-droite est minimisée.

La violence touche toutes les minorités: l'année 2016 aura aussi été symbolisée en France et en Europe par la campagne xénophobe qui préparé le Brexit britannique et entraîné une vague sans précédent de violence contre les étrangers et les antiracistes. Il s'agit aussi des attaques en Allemagne contre les centres d'accueil des réfugiés et de la violence d’État contre les migrants du gouvernement hongrois de Orban, alors que celui-ci vient de subir un revers lors de son référendum de la haine.

En France les attaques se multiplient contre les centres d'accueil pour migrants. Le Front National mais aussi le président du parti LR, Laurent Wauquiez , lancent de véritables croisades contre les migrants.

Le gouvernement actuel a choisi lui aussi une politique de fermeture des frontières aux migrants qui fuient pour beaucoup des guerres atroces et la mort à brève échéance. A Calais, à Paris et ailleurs, l'année 2016 a été marquée par l'explosion des bidonvilles et la chasse à ceux qui y vivent. La France, qui par la voix de Manuel Valls s'est attaquée directement à la politique d'accueil de l'Allemagne, préconisant au contraire la méthode dure, porte une très lourde responsabilité dans la politique européenne actuelle qui maintient les réfugiés ayant survécu à leur voyage d'exil dans des camps insalubres et dangereux, partout aux portes de l'Europe

Dans une France soumise à l'état d'urgence, législation d'exception héritée de la guerre d'Algérie, une atmosphère de surenchère islamophobe, à laquelle participent des voix venues de tout le champ politique, conduit à des violences qui ressemblent en tout point à des ratonnades.

 

Face à cette marée, de nombreuses mobilisations continuent à porter la solidarité avec les migrants, les réfugiés, les Roms. Face aux manifestations anti-migrants du FN, des rassemblements beaucoup plus nombreux s'organisent . Partout, des gens ordinaires  s'engagent au quotidien, multipliant les initiatives, du simple don à l'accompagnement administratif en passant par les défenses collectives contre la répression malheureusement quotidienne des migrants à toutes les frontières européennes.

 

Une autre Europe continue à se mobiliser, une Europe qui rêve d'égalité, d'ouverture, de coexistence. Une autre opinion publique a donné de la voix par les actes, ensemble des gens de cultures, de religions, de sensibilités différentes, ont répondu ensemble au fascisme montant, et commencé à construire enfin, l'idée d'un autre monde possible.

 

Nous ne sommes pas dans les années 30, mais il n'est jamais trop tôt pour dire « Plus jamais ça » aux héritiers nombreux des auteurs de pogroms de ces années-là.

Dans nos combats d’aujourd’hui, il n’est jamais trop tard pour faire de nos mémoires une arme contre l'oubli et l'impunité.

 

Dans la dernière période, des progrès ont été enregistrés dans la lutte contre l'impunité des génocidaires et auteurs de crimes contre l'humanité, grâce au combat acharné des familles de victimes et des associations.

Le Parlement allemand a reconnu le génocide arménien, malgré les lourdes pressions et les menaces de Erdogan.

En France, le projet de loi "Égalité et Citoyenneté"  devrait  permettre de poursuivre les négationnistes du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, qui a fait l'objet d'un jugement international. Mais cette loi ne s'applique pas au génocide des Arméniens qui n'a jamais été par une juridiction française ou internationale. Dans ce dernier cas, seuls  seront poursuivis  les négationnistes qui "incitent ouvertement à la haine ou à la violence", ce qui limite fortement la possibilité de poursuites.

Les justices nationales et internationales demeurent toujours très lentes à juger les auteurs de génocides et de crimes contre l'humanité.  Ainsi c'est plus de vingt ans après le massacre génocidaire de Srebrenica que l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, a été jugé, le  24 mars 2016 , « pénalement responsable » du génocide à Srebrenica par le Tribunal pénal international de La Haye et condamné à quarante ans de prison. 

Quelque jours auparavant, le 21 mars, la Cour pénale internationale (CPI) avait rendu un verdict novateur de culpabilité contre Jean-Pierre Bemba  pour des viols utilisés comme arme de guerre. Cette décision représente un tournant historique positif.

En France, deux génocidaires des Tutsi de 1994 en procès en Paris  Tito Barahira  et Octavien Ngenzi, ont été tous les deux reconnus coupables de génocide et de crime contre l’humanité et condamnés le 6 juillet dernier  à la réclusion criminelle à perpétuité.

Nous sommes toujours aux côtés des Arméniens qui exigent la pénalisation de la négation du génocide de 1915. Nous sommes aux côtés des Rwandais qui se battent pour que les génocidaires ne restent pas impunis et pour que la responsabilité de l’État français soit enfin reconnue.

 

Contre l'oubli et l'indifférence

Il y a 78 ans, les gouvernements européens, pourtant dument avertis, refusaient de regarder la réalité nazie en face. Ils fermaient leur frontière à ceux qui fuyaient Hitler, et laissaient commencer le massacre des Juifs, qui allait finir en génocide. Aujourd'hui, on laisse Bachar Al Assad et Poutine massacrer la population syrienne  et bombarder sans répit la ville-martyr d'Alep.

Il faut regarder l'Histoire en face: celle du 20ème siècle nous a montré que les violences, les massacres, voire les génocides dirigés contre une partie de la population et considérés ailleurs avec indifférence aboutissent toujours à l'extension de la guerre et de la haine au niveau mondial.

Nous serons ces Européens qui n'oublient aucune victime de la violence fasciste du passé, parce que l'oubli est la meilleure arme des héritiers des bourreaux.

 

Retrouvons nous le 9 Novembre 2016 à 18 H devant le gymnase Japy (2 rue Japy 75011, métro Voltaire ou Charonne) afin de rendre hommage aux victimes de la Nuit de Cristal et de tous les génocides.

 

Vous êtes aussi invités à aider à financer les frais liés à l'organisation de la commémoration, en participant à la souscription "Pot Commun" ci-dessous

https://www.lepotcommun.fr/pot/hkegfjbc

9 novembre 2016 Commémoration de la Nuit de Cristal nazie

~ Organisé par : Memorial 98 ~

 

Le 9 novembre 2016, Memorial 98 organise, pour la 3ème année consécutive, une commémoration de la Nuit de Cristal, pogrom d’État perpétré par les nazis le 9 Novembre 1938 contre les Juifs d’Allemagne et d’Autriche

Nous nous rassemblerons comme chaque année à Paris devant le gymnase Japy dans le 11e arrondissement , où furent parqués, sous le régime de Vichy, les victimes des rafles de la police française, avant d'être envoyées dans les camps d'extermination nazis.

Nous aurons la chance d'avoir à nos côtés, les combattants infatigables de la mémoire des génocides arméniens de 1915 et tutsi du Rwanda de 1994 que sont nos amis du Collectif Van et d'Ibuka-France. Ainsi se concrétisera l'esprit de dialogue des mémoires qui est pour nous le seul moyen de faire vivre un antiracisme efficace

Comme chaque année, des gerbes de fleurs seront déposées lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de la Nuit de Cristal. Les jours précédant la commémoration, des collages d'affiches auront lieu dans le quartier, afin de faire vivre une histoire que beaucoup ignorent.

Memorial 98 est un collectif indépendant, nous ne bénéficions d'aucun financement autre que celui de nos soutiens.

Si vous souhaitez et pouvez contribuer financièrement à l'organisation de cette commémoration, nous vous en remercions.

 

 

 

Memorial 98

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98
commenter cet article

commentaires