Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 20:46

Jusqu’au dernier moment du congrès d’intronisation de sa fille à Tours, Jean-Marie Le Pen a tenu a marquer l‘importance de son engagement antisémite, au côté de ses attaques contre l'immigration.

Ainsi après que le service d’ordre ait agressé un journaliste portant un nom juif, Jean-Marie Le Pen a déclaré: " ... il a cru bon de dire qu'il était juif et que c'est pour cette raison qu'on l'avait expulsé, ce qui ne se voyait ni sur sa carte ni, si j'ose dire, sur son nez...".

Il est aussi revenu longuement sur  ses différents « dérapages » en se présentant en victime: « ….Parallèlement, le Front National a été victime d’une véritable persécution judiciaire et médiatique orchestrée par la police de la pensée.« Durafour crématoire », « détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale », « inégalité des races »… Tous mes propos ont été détournés de leur sens réel afin de me juger en sorcellerie parce que je refusais de me soumettre à la dictature de la Police de la pensée..."

À la veille de passer partiellement la main Le Pen tient à marquer profondément la matrice antisémite de son mouvement.

Pour lui, la revanche de la 2e guerre mondiale et des années 30 est toujours d’actualité. C’est le sens de l’obsession du « détail » que représenterait la Shoah, reprise  régulièrement depuis 1987 .

C’est aussi le sens de références codées  à Laval ou, à propos de Sarkozy et des ses "3 grand-parents étrangers" au statut des Juifs promulgué par Pétain 

 Dans un provocation passée inaperçue fin 2008, Le Pen présentant  ses vœux de Noël à la radio et à la télévision récitait le poème « Noël en taule » " de  Robert Brasillach écrit dans la prison de Fresnes où, ce fasciste déclaré qui ne cessa de dénoncer nommément des Juifs et des résistants, attendait son procès à l’issue duquel il fut fusillé pour intelligence avec l’ennemi.

Pour le président d’ honneur du FN, les Juifs demeurent les ennemis éternels du nationalisme car ils sont les  porteurs du « mondialisme » abhorré. En cela Le Pen est un héritier des thèses nazies.

De plus à l'approche de sa retraite politique, Le Pen tente de justifier son échec personnel en l'attribuant à la puissance du « lobby juif ».
En effet, le chef du FN n'a  pas réussi à concrétiser les extraordinaires succès électoraux de son parti, alors qu'il se voyait aux portes de la participation au pouvoir.
 Sa présence au deuxième tour de la présidentielle de 2002 est finalement restée sans lendemain. Même les alliances établies avec la droite lors des élections régionales de 1998 se sont effondrées dans le chaos.

Face à ce bilan d'échec de sa propre trajectoire et au moment de passer le relais à sa fille, Le Pen fait appel, avec une violence accrue, à deux explications déjà utilisées à de maintes reprises et répétées dans son long discours de passage de témoin: celle de la « décadence de la France » et  celle de la responsabilité sous-entendue du « lobby juif » qui a bloqué son ascension. C'est le sens de ses propos dans une interview au journal « Bretons » en avril 2008; évoquant à nouveau le « détail «  il déclarait  alors:  «... C'est le sujet qui est important, je crois. J'aurais parlé, même de très loin, du génocide vendéen, personne n'aurait été choqué... Est-ce un pays de liberté où une phrase, si contestable soit-elle - et prononcée par un homme public -, mérite 150 millions d'amende et la mise à l'index de l'individu et de son parti ?"

Le Pen voudrait faire passer le message suivant: " j'ai échoué car j'ai osé toucher au tabou de la Shoah; les juifs m'ont harcelé et marginalisé"

Cette thématique a été martelée pendant des années, en mettant en cause les patronymes juifs des journalistes de l'audiovisuel, en évoquant « l'internationale juive » ou un soi-disant pacte des partis de droite avec la fantasmatique organisation juive Bnai-Brith pour interdire les alliances entre la droite et l'extrême-droite.


C'est aussi ce que Le Pen a exprimé quand il a évoqué à plusieurs reprises pendant la campagne présidentielle de 2007 les « 3 grands-parents étrangers de Sarkozy »
.

Nous avions alors démontré et révélé que ces " 3 grands-parents étrangers" constituaient une référence directe, bien que codée, au statut des Juifs de 1940 lequel fixait justement ce même critère de filiation des « 3 grands parents » pour exclure les juifs ainsi définis, des fonctions publiques et électives (voir encore Le Pen et les "3 grands-parents étrangers" de Sarkozy

Ainsi pour Le Pen, c'est le « lobby juif » qui est maintenant au pouvoir à travers Sarkozy. Cette thématique antisémite est d'ailleurs largement présente chez les Dieudonné, Soral et autres agitateurs antisémites sévissant sur Internet.

Les réactions dans le FN


Une grande partie de l'appareil se retrouve autour de Louis Alliot, proche conseiller de Marine Le Pen pour se préoccuper avant tout de l'électorat FN. Ce dernier se sent moins motivé par l'engagement antisémite et négationniste générique du FN que par sa ligne xénophobe et anti-immigrés. Alliot déclareainsi « ... Dans la situation actuelle marquée par une augmentation de la pauvreté sans précédent, par l'accentuation des flux migratoires, par les dégâts considérables initiés par la mondialisation économique, par l'installation durable d'un islam radical sur notre sol, les Français attendent des solutions concrètes et une vision crédible de l'avenir que nous leur proposons. Concentrons-nous sur l'essentiel: les combats électoraux à venir... »

Mais la présence de Le Pen fait que dans l’avenir du FN, le « tabou » négationniste n’a pas fini de se manifester et son poison d’être diffusé.

MEMORIAL 98

voir aussi sur ce site

 Qui veut se faire piéger par Marine Le Pen ?

Estrosi: quand il voulait s’allier avec le Front National.

Eric Woerth : quand il s’alliait avec le Front National

L’escalade antisémite de Dieudonné : décryptage

Succès du Front National: quelles conséquences?

Le Pen et Dieudonné: la grande famille des antisémites.

Sarkozy, Gaudin, Estrosi: l'ombre du Front National

Sarkozy et le Front National: une liaison dangereuse

 ( voir plus d'articles en utilisant la fonction Recherche du site)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tipanda 16/01/2011 22:30



On ne se refait pas. Pouvions nous attendre autre chose de Le Pen ?


Néanmoins, il ne faut pas hausser les épaules et passer à autre chose.


Dans la mesure où il est envisageable que la fille, à l'inverse du père, cherche à se faire offrir une place dans un gouvernement droite-extrême droite, les "dérapages" du père sont susceptibles
de gêner ses projets à condition que les républicains les utilisent correctement..