Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 21:35

 Actualisation du 3 octobre 2016

 

3 octobre 1940 : premier statut des Juifs de Vichy.

 

Ce statut d’exclusion, basé sur la mise à l’écart de la « race juive » a été durci personnellement par Pétain, comme le montrent ses mentions manuscrites sur le projet .

Ces révélations confirment que Pétain, nourri des théories de « l’Identité nationale »,a favorisé les courants les plus antisémites de son entourage et a directement aggravé le statut.

Quelques jours après la promulgation du statut, il demanda à rencontrer Hitler et officialisa la collaboration à Montoire.

Il n’a en rien constitué un « bouclier » contre les nazis comme le prétendait une partie de l’historiographie de la droite et comme le proclament l’extrême-droite et  Eric Zemmour .

L’hommage qui lui fut rendu par la floraison de sa tombe le 11 novembre pendant une partie de la présidence de Mitterrand n’en est que plus scandaleux.

Mitterrand connaissait parfaitement le rôle de Pétain et aussi celui de son propre ami personnel Bousquet, chef de la police de Vichy et collaborateur zélé de la déportation.

Il s’agit de deux taches indélébiles sur le parcours de celui qui symbolisa le Parti Socialiste.

 

Mise à jour du 12 janvier 2017

Hommage à Pierre Arpaillange, ancien garde des Sceaux sous Mitterrand (1988-90), qui vient de mourir.

C'est lui qui a déclenché une procédure judiciaire contre René Bousquet, chef de la police sous Vichy et organisateur de la déportation des Juifs de France, notamment lors de la rafle du Vel d'Hiv'. Dans ce dossier  Pierre Arpaillange s'est opposé à François Mitterrand.

Celui-ci a tout fait pour le procès de Bousquet, qui était son ami et son allié, ne se tienne pas. Malgré ce blocage, le 25 septembre 1990, Arpaillange donne des instructions écrites au procureur général près la cour d'appel de Paris de requérir des poursuites contre Bousquet. Malgré cette décision courageuse, Bousquet échappera à tout jugement car il sera  abattu le 8 juin 1993 par un certain Christian Didier.

Bousquet (à droite) avec le Chef SS Oberg avec qui il a signé des accords

 

Memorial 98

 

 

(voir sur ce site

Déchéance de la nationalité : quand Pétain sévissait

Vel d'Hiv: le document

Allez voir la Rafle!

Le Pen et les "3 grands-parents étrangers" de Sarkozy

Sarkozy jette aux orties la reconnaissance de la participation de la France à la Shoah

Sarkozy boycotte le 8 Mai

 

3 octobre 1980 : attentat antisémite de la rue Copernic.

Quel que soit le ou les auteurs de l’attentat, il s’agit clairement d’un crime antisémite. La date choisie du 3 octobre faisait-elle référence à l’anniversaire du statut des Juifs ?

La commémoration de ce crime est indissociable des proclamations antisémites de Raymond Barre, Premier ministre de l’époque.

Il avait déploré la  mort de Juifs se rendant à la synagogue et de « Français innocents » tués lors de l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic. Sa passion antisémite s’est ensuite aggravée, se focalisant sur un prétendu « lobby juif de gauche ».

Fillon a lors de la commémoration de ce jour (3/10/12) sur les lieux de l’attentat exprimé le "regret" de "ne pas entendre les autorités" de l'époque "trouver les mots justes".

Pourtant, lors du décès de Barre en août 2007, il lui avait ainsi rendu hommage  encore plus élogieusement que d’autres dirigeants de droite :« …"La première image qui vient à l'esprit quand on pense à Raymond Barre, c'est la droiture, c'est la rigueur morale et la rigueur intellectuelle. C'était un exemple de rigueur morale et intellectuelle… "

Nous reproduisons ci-dessous l’article publié à l’époque sur notre site:

 Barre : requiem pour un antisémite 

 Impunité post-mortem.

La mort de R. Barre donne lieu à un véritable  déluge d’hommages, malgré son antisémitisme déclaré et récemment réaffirmé (voir nos articles précédents  Décryptage: R. Barre récidive pour Papon et Gollnisch

Impunité de l'antisémite Barre )

Le plus complaisant de ces dithyrambes est, à ce jour, celui de F. Fillon :

"La première image qui vient à l'esprit quand on pense à Raymond Barre, c'est la droiture, c'est la rigueur morale et la rigueur intellectuelle. C'était un exemple de rigueur morale et intellectuelle. ", a- t- il déclaré. On attend la réaction indignée de son conseiller Arno Klarsfeld.

Les autres déclarations officielles, dont celle de N. Sarkozy, sont de la même veine. Certains hiérarques socialistes en rajoutent dans la flagornerie, tels J. Delors, M. Rocard et le maire de Lyon G. Collomb qui déshonore ainsi la gauche et sa ville, capitale de la Résistance.

Ceux qui sont plus gênés et directement concernés, comme son "héritier" F. Bayrou, se réfugient derrière la pauvre excuse de l’état de santé de Barre au moment de ses déclarations antisémites les plus récentes de Mars dernier. Cette justification est totalement inconsistante car depuis 1980 et ses premières déclarations sur les « Français (Non-juifs) innocents » tués lors de l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic, R. Barre a persisté dans cette voie ; en témoignant pour Papon lors du procès de celui-ci en 1998, en affirmant à plusieurs reprises son soutien à Bruno Gollnisch, dirigeant du front National, négationniste et antisémite avéré.

D’autre encore notent cette « tâche » ou ses « propos inadmissibles » de R. Barre mais les considèrent comme une espèce de bizarrerie qui selon eux ne remet pas en cause sa « stature d’homme d’Etat »   

 Pourtant ses dernières déclarations qui ont fait scandale, tenues sur France Culture le 1er mars dernier (2007), sont d’une grande brutalité:

 On y trouve, en plus des appréciations déjà connues sur le "lobby juif de gauche", l'attentat de la synagogue Copernic, Papon, Gollnisch, cette phrase incroyable à propos de Papon:

 

"Je ne porte pas un jugement moral sur l'attitude que l'on devait avoir à l'égard des déportations de Juifs ou non"

 

 Au fond, cette impunité semble constituer un privilège de la fonction. À partir d'un certain niveau de pouvoir ou de renommée, on peut, sans risque, dire ou écrire des horreurs. Le parallèle qui vient à l’esprit est celui de l’abbé Pierre, pareillement absous de son antisémitisme lors de son décès, avec les mêmes justifications.

 

Reste à expliquer la passion antisémite de R. Barre, qui se déclarait catholique pratiquant et fut un fieffé réactionnaire tout au long de sa carrière.

( voir aussi Simone Veil: tragique méprise)

 

MEMORIAL 98

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

tipanda 05/10/2010 22:28



D'accord avec vous à propos de l'action malfaisante des gouvernants en activité. Ce sont des nuisibles.Mais qui s'intéresse encore à la pensée de Raymond Barre, sinon pour s'en moquer ?


En revanche, quand des affaires ne sont pas officiellement résolues, il reste des interrogations. Leur donner réponse est le seul moyen d'avancer dans la bonne direction.



tipanda 05/10/2010 13:59



Qui pouvait encore avoir des doutes sur le role de Pétain , à part ceux qui partagent assez de points communs avec lui pour cultiver sa mémoire ? Heureusement, ils ne sont pas nombreux.
En revanche, l'attentat de la rue Copernic est toujours une affaire à suivre. On se donne les petits plaisirs qu'on peut en fustigeant les propos inacceptables de certains politiciens mais on
oublie un peu facilement que le(s) coupable(s) court toujours. On ne se donne pas beaucoup de mal pour l'atteindre alors qu'on sait parfaitement de qui il s'agit : un terroriste du FPLP.
La sélectivité en matière de poursuites internationales pose des questions plus dérangeantes que la mise en accusation de politiciens décédés dont la capacité de nuire est actuellement des plus
limitée.



memorial98 05/10/2010 19:30



Vous paraissez un peu trop certaine de la culpabilité du mis en cause dans l'attentat de Copernic.


Concernant Barre vous faîtes erreur car le poison raciste et antisémite distillé par les gouvernants n'est pas anecdotique; il légitime et renforce les forces d'exclusion à l'oeuvre dans la
société.