Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 23:15
 
 
 
 
Le nouveau président élu a décidé de ne pas participer aux cérémonies du 8 Mai commémorant la défaite du nazisme.

La même situation de transition entre 2 présidents s'était déroulée différemment en 1995: Chirac, invité par Mitterand avait pleinement participé aux cérémonies.
Cette décision est d'autant plus choquante que le candidat Sarkozy avait, il y a 4 jours, organisé une opération de récupération médiatique de la Résistance sur le plateau des Glières.
Cette manipulation a d'ailleurs provoqué une vive protestation des représentants locaux de la Résistance qui organisent un rassemblement le 13 Mai afin de rendre publique leur réprobation (voir notre article précédent Résistants des Glières contre Sarkozy )

 
 
 
Le malaise s'alourdit encore avec le discours de victoire de Sarkozy le 6 Mai.
Il y a de nouveau attaqué la "repentance" qui conduit à "la haine de soi". Cette tirade récurrente témoigne de la volonté de réecrire l’histoire pour une exaltation nationaliste. Ce sont notamment la colonisation et la collaboration des autorités françaises avec l’occupation nazie qui sont révisées.
 
 
 
On comprend dès lors que N. Sarkozy ne tienne pas à figurer le 8 Mai aux côtés de Chirac. Celui-ci avait déclaré le 16 juillet 1995, lors de la commémoration de la rafle du Vel'd'Hiv: "...Ces heures noires souillent à jamais notre histoire et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été, chacun le sait, secondée par des Français, secondée par l'État français. La France, patrie des Lumières, patrie des Droits de l'homme, terre d'accueil, terre d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable..."
 
Cette reconnaissance, fruit du combat acharné contre la négation, constitue depuis un acquis de l'histoire du pays.
 
 
Ainsi Lionel Jospin, qui avait succédé à François Mitterrand à la tête du Parti socialiste, lorsqu'il fut le candidat de la gauche à l'élection présidentielle de 1995, avait pris d'emblée du recul, au nom du « droit d'inventaire » par rapport aux positions de Mitterrand à l'égard du régime de Vichy, et notamment aux liens d'amitié qui unissaient ce dernier  à René Bousquet, ancien dirigeant de la police du régime pétainiste.
 
 
Devenu Premier ministre de cohabitation en juin 1997,  Jospin s'est exprimé clairement dès le 16 juillet de la même année, à l'occasion du 55ème anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver et sur le même registre : "Cette rafle fut décidée, planifiée et réalisée par des Français. […] Ce crime doit marquer notre conscience nationale. Rappeler cela, si cruelle et révoltante que soit cette réalité, ne nous conduit pas à confondre le régime de Vichy et la République, les collaborateurs et les résistants, les prudents et les « justes ». Il s'agit seulement de reconnaître avec solennité, comme le fit le président Jacques Chirac il y a deux ans, qu'un gouvernement, une administration de notre pays, ont alors commis l'irréparable..."
 
Il est à noter que des proches de Sarkozy ont déjà, dans le passé, remis en cause cette avancée du travail de mémoire.
Ainsi le 21 octobre 1997, à la séance des questions à l'Assemblée nationale, en marge du procès Papon et pour répondre à un article de Philippe SÉGUIN qui interpellait dans Le Figaro le gouvernement et y dénonçait  déjà l'« esprit d'autoflagellation », Lionel Jospin réaffirma ainsi la nécessité de mener « l'effort de recherche sur notre passé » : " Oui, des policiers, des administrateurs, des gendarmes, une administration, un État français ont perpétré, ont assumé devant l'histoire, des actes terrifiants, collaborant avec l'ennemi et avec la « solution finale » […] Mais il n'y a pas de culpabilité de la France parce que, pour moi, la France était à Londres ou dans le Vercors, […] parce que Vichy était la négation de la France, en tout cas la négation de la République..."
 
L’absence du futur président Sarkozy lors de la commémoration du 8 Mai 2007 prend ainsi valeur de symbole. Déjà Giscard d'Estaing avait supprimé cette commémoration en 1975; elle fut rétablie en 1981.

Sarkozy mène un combat acharné pour remodeler les valeurs et l’Histoire, il faut relever ce défi !


Memorial 98

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires