Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 00:42


Actualisation du 13 novembre 2016

Trump président: c'est une amère défaite.

 

L'élection d'un candidat raciste, sexiste, antisémite complotiste, démagogue fascisant soutenu par l'extrême-droite dans le monde entier, représente un coup sévère

Nous pensons aux conséquences négatives pour la population des USA, notamment les femmes, les Afro-américains qui vont subir encore plus de violences, les immigrés et tant d'autres...

Les forces racistes se trouvent encouragées, comme le symbolise la satisfaction du Ku Klux Klan et des néo-nazis, qui ont fait campagne pour lui. 

D'ores et déjà les actes et paroles racistes sont en forte augmentation aux USA, comme lors du Brexit  en Grande-Bretagne


En France, ce sont sans surprise les Le Pen et le FN qui exultent ainsi que les "Trumpistes" de la droite, dont Sarkozy et le président des LR, Laurent Wauquiez. 
 
Bien d'autres vont maintenant trouver des vertus au prétendu "candidat du peuple", comme lors du Brexit. Il s'agit en effet d'un mécanisme semblable: des millions de votes se sont portés sur voté sur un milliardaire raciste parce qu'il a promis de taper sur les Noirs, les Latinos, les musulmans, les immigrés. Parce qu'il a promis des armes, des morts, le pouvoir d'opprimer en toute liberté.
A force de répéter que finalement l'extrême-droite représenterait un vote de résistance à l'injustice sociale, on encourage ceux qui savent très bien ce qu'ils font.
La vague de manifestations anti-Trump qui a débuté dès le lendemain aux USA de l'élection montre une volonté de s'opposer aux mauvais coups que préparent déjà Trump et ceux qui le soutiennent.
 
Memorial 98
 

I have a dream...

 

Dans une société étasunienne tellement marquée par le souvenir de l'esclavage, de la discrimination, des ghettos, de la violence raciale, l'élection d'un président de couleur est un bouleversement.
Le camp républicain et ses multiples relais n'ont pas lésiné sur les attaques personnelles contre Obama.
 
Il a été accusé d'être entre autre un islamiste caché, de se nommer en réalité Ossama, d'être lié au terrorisme, au gauchisme, de vouloir la redistribution et donc le « socialisme »; la petite musique raciste n'a pas cessé d'être répercutée sous forme explicite ou codée tout au long de la campagne.
 
L'ampleur inégalée depuis 1906 de la participation électorale, le succès particulièrement net de BO auprès des jeunes électeurs, des femmes, des Noirs et hispaniques, a permis de surmonter  le tombereau de calomnies et de rumeurs malveillantes.
 
Le succès d'Obama, qui est maintenant rétrospectivement présenté comme  joué d'avance, représente en réalité une rupture avec les codes politiques et culturels de la principale puissance mondiale.
 
Aux Etats-unis l'abolition de l'esclavage date de 1865, après la guerre de Sécession.
 Le droit de vote effectif des Noirs du Sud  (Voting Rights Act /Loi sur les droits de vote) n'est promulgué qu'en 1965, cent  ans plus tard.
Alors qu'en principe les Noirs américains disposaient du droit de vote depuis 1870, celui-ci demeurait virtuel dans certains Etats du Sud, car subordonné à la réussite d'un test de type scolaire exigeant, auquel la plupart des Noirs échouaient. De plus, une taxe était souvent requise avant de voter ; la plupart des Noirs n'avaient pas les moyens de la payer.
Le Voting Rights Act supprima ces restrictions et permit enfin à toute la population noire de voter, même si elle se heurte encore à de nombreux obstacles discriminatoires, notamment dans les Etats du sud.
C'est donc une véritable révolution démocratique qui se déroule sous nos yeux et qui ne manquera pas de produire des effets dans la conscience de nombre de  ceux qui sont aujourd'hui soumis à une  oppression.
Ce phénomène d'encouragement à la mobilisation pour le changement dépasse  de loin la personnalité du futur président et les limites de son action, dans un cadre qui demeure celui du système en place.
La popularité d'Obama auprès des populations du monde entier est à la mesure du bouleversement que représente son élection après huit années de présidence Bush, totalement désavouée par ce choix.  
L'élection d'Obama constitue aussi un retour sur les événements du 11 Septembre 2001. Les attentats criminels puis la croisade de Bush et Cheney ont entraîné la guerre d'Irak et de graves remises en cause des droits démocratiques.
Le faux-ami français d'Obama
Sarkozy fait mine de se féliciter du choix des urnes, alors qu'il avait manifesté une forte adhésion à la politique de Bush, aujourd'hui censurée par l'élection d'un opposant à la guerre en Irak.
Ses courtisans osent même faire le parallèle entre la « rupture » promise lors de sa campagne présidentielle et celle que représente Obama. Il s'agit pour eux de faire oublier ce que fût l'axe stratégique de Sarkozy : gagner les électeurs du Front National en flattant leur xénophobie, c'est-à-dire l'inverse exact de ce qui vient de se passer aux Etats-Unis.
Un livre très récemment paru « Histoire secrète de la droite, 1958-2008 »(Plon) rappelle.
On y lit notamment :
« Patrick Buisson (voir notre article précédent France-Tunisie: la manipulation sarkozyste décryptée ) a, sinon inventé, en tout cas formalisé la stratégie gagnante dont le candidat avait l'intuition : attirer, dès le premier tour, les  électeurs du Front national. Sarkozy suivra fidèlement la théorie :«Pour nous, l'élection de 2007 se jouera sur les électeurs de Le Pen. On les prend, on gagne. On les prend pas, on perd », confie-t-il, avant même la campagne, à D. de Villepin...
8 mars 2007, face à la remontée de S. Royal dans les intentions de vote du second tour, une prompte décision s'impose. Pourquoi ce "coup de mou"que rien ne laissait présager ? L'analyse lui est fournie, une fois de plus, par Patrick Buisson, lors d'une réunion convoquée d'urgence :
 Nicolas est en train de se notabiliser, attaque Buisson. J'y vois la conséquence du choix de S. Veil pour présider le comité de soutien.
 Puis, s'adressant à Sarkozy comme si les autres n'étaient pas là :
 - Tu as percé parce que tu incarnes une transgression par rapport aux tabous de la politique traditionnelle. Il faut, sans tarder, envoyer un signal fort à toutes les couches nouvelles qui ont déjà basculé dans ton camp ou qui sont prêtes à le faire. Or, le tabou des tabous, c'est l'immigration. La transgression majeure, elle est là. Pas ailleurs. Il faut en remettre un coup sur le thème de l'identité nationale. Le silence, alors, est à couper au couteau. Seul Guaino intervient pour soutenir Buisson. Puis, après un nouveau silence, Sarkozy lui-même :
Patrick a raison. Je vais proposer la création d'un ministère de l'Identité nationale. Quant à Simone, je la gère. Elle doit comprendre. Elle comprendra."
Entre le Pen et Obama, la "rupture" sarkozyste a opté depuis longtemps.


Il reste maintenant à  tout faire pour que l'espoir issu de la principale métropole mondiale permette de combattre efficacement partout le racisme et les discriminations.
MEMORIAL 98
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires