Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 20:55

Sarkozy ; service minimum sur la Shoah, insultes pour les Africains.

La  campagne présidentielle de Sarkozy a été notoirement orientée vers l’électorat de la droite radicale et du FN.
L’exaltation chauvine et sécuritaire y fut symbolisée par les diatribes contre la « repentance" , terme  péjoratif censé disqualifier l’examen de la responsabilité de la France dans les crimes de la colonisation et dans la mise en œuvre de la Shoah, dont l’Allemagne seule était tenue responsable.

(Voir nos articles précédents notamment:
Sarkozy jette aux orties la reconnaissance de la participation de la France à la Shoah)

Au lendemain de son élection Sarkozy choisit même de ne pas participer aux cérémonies de commémoration du 8 Mai en compagnie de Chirac.
(Voir notre article précédent:  Sarkozy boycotte le 8 Mai)

Confronté de nouveau ces jours ci  à ces deux moments capitaux de l’histoire du pays, Sarkozy a choisi dans le cas de la Shoah de concéder une approbation « esthétique »  de la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français.
 Il déclare ainsi à la veille de l'anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv: «… je n’y ai rien à rajouter ni rien à retrancher au très beau discours de Chirac… » du 16 Juillet 1995. 
Telle est la formule minimaliste de Sarkozy au mémorial de la Shoah, accompagné de S. Weil et de Serge Klarsfeld et  tel est aussi sans doute le prix de leur présence avec lui ce jour là.
Serge Klarsfeld dans une tribune au Monde à cette occasion rappelle l’historique de la position des présidents français par rapport à Vichy, se félicite de la continuité manifestée par Sarkozy quand à la déclaration de Chirac en 1995 et lui exprime sa « reconnaissance ».
Cette expression complaisante de S.Klarsfeld face à la formule minimaliste de Sarkozy est loin de clore le débat lancé par les déclarations provocatrices de Sarkozy tout au long de la campagne.
On nous accusera de « diaboliser » Sarkozy, selon le code sémantique lancé par ceux qui veulent voir en lui un homme providentiel, mais nous référons à ses nombreux discours et déclarations, tous orientés vers la réécriture chauvine de l’histoire nationale.
 
 Quelques jours plus tard, à l'occasion de son voyage en Afrique, Sarkozy concède la  reconnaissance de  fautes du colonisateur mais râbache de nouveau cette étrange formule destinée à brouiller les cartes :
"nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères".
Puis vient la leçon faite aux Africains et destinée à justifier la politique restrictive et répressive de la France en matière d’immigration :
"L'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur : la colonisation n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, des génocides, des dictateurs, du fanatisme, de la corruption et de la prévarication."
Au moment même où les révélations s’accumulent sur le rôle de l’armée française dans la préparation du génocide rwandais, il ose se dégager de toute responsabilité.
Au moment même ou Sarkozy va visiter Omar Bongo, symbole du lien corrompu de la Françafrique, et Sassou N’Guesso initiateur de crimes de guerre, il rejette la  faute sur l’ « Afrique »
 
Face à ce continent qui souffre des plaies de la colonisation et du néocolonialisme, de la pauvreté et du SIDA, de régimes dictatoriaux maintenus en place par la France y compris par la force armée, voici son analyse : "Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire (…). Jamais il ne s'élance vers l'avenir. Il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.. »

Cette caricature, digne de l’imagerie coloniale la plus éculée, démontre que Sarkozy n’ a pas changé

MEMORIAL 98

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires