Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 00:27

 

Suivez l'actualité quotidienne de Memorial 98 sur Facebook, à l'adresse http://www.facebook.com/groups/348947755137242/  

 

 

Comme souvent c’est dans les réactions et commentaires que se dévoile l’ampleur des dégâts de la polémique lancée par les phrases prononcées lors du congrès du Parti de Gauche à Bordeaux. 

 Il y a bien sûr ceux et celles qui  traitent Mélenchon d’antisémite et  entonnent le refrain du retour des années 1930 ; il y a aussi  la « mise au point » de l’orateur lui-même qui aggrave la portée de ses propos.

Qu’a donc déclaré Mélenchon? Nous reprenons ici la version tirée de l’enregistrement de ses propos, diffusée par le journal Politis, proche du dirigeant du PG (http://www.politis.fr/Ce-qu-a-VRAIMENT-dit-Melenchon,21436.html?utm_medium=facebook&utm_source=twitterfeed)

Il dit à propos de Moscovici, après avoir décrit ses positions dans les négociations européennes   « …Donc c’est un comportement irresponsable. Ou plus exactement c’est un comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français… Qui pense dans la langue de la finance internationale. Voilà. »

Interpellé plus tard sur le sens de sa qualification et de son éventuelle portée antisémite, Mélenchon répond qu’il ne connaissait pas la « religion » de Moscovici, comme s’il s’agissait de croyances et de pratiques confessionnelles, qu'effectivement il n’a pas à connaître; il fait semblant de ne pas comprendre qu’il s’agit évidemment de l’origine des uns et des autres. Ignore-t-il vraiment que Moscovici est d’origine juive d’Europe de l’Est ? Difficile à croire.

Mélenchon voulait tenir un propos à tonalité « française » et n’a pas cherché à éviter le piège du nationalisme qui constitue une vieille maladie de la gauche et du mouvement ouvrier français.

 Ce n’est pas la première fois que Mélenchon s’embrouille à propos des origines et de l’antisémitisme. Nous avions relevé ses propos à l’époque, à l’occasion de l’escalade de la xénophobie de la droite et de la riposte qu’il convenait d’y apporter( voir  Sarkozy-Le Pen: l’apocalypse ?)

 En mars 2011 l’UMP s’est lancée dans une campagne visant à discréditer Strauss-Kahn qui apparaissait à l’époque comme le favori des sondages.

Pour le dissuader  de se présenter, les dirigeants UMP se montraient prêts à recourir à des attaques fortement teintées d’antisémitisme.

La première salve était venue de Christian Jacob, président des députés UMP et proche de Copé. Elle faisait référence aux « terroirs » dont DSK serait exclu, selon le modèle des attaques contre Léon Blum et Pierre Mendès-France

Puis pour montrer qu’il ne s’agissait pas d’une simple plaisanterie, était ensuite venue l'explication de texte d’un « intellectuel » du gouvernement, Laurent Wauquiez lors d' un pèlerinage « chrétien » de Sarkozy au Puy-en-Velay. Il déclarait :"...Son discours (de DSK) est celui d'une mondialisation sans couleur, ni saveur, qui se joue dans des grandes capitales internationales, c'est très loin de nous tout ça. Avoir le Président chez nous en Haute-Loire est  un vrai geste de reconnaissance. Dominique Strauss-Kahn, c'est Washington, c'est sûrement une très belle maison qui donne sur le Potomac. C'est pas la Haute-Loire et c'est pas ces racines là". C'est le mot "racines" qui était  crucial, visant à disqualifier celui qui en serait privé, selon le stéréotype historique  du Juif errant, issu directement de l'anti-judaïsme de l'Eglise catholique.  JL. Mélenchon avait alors étrangement critiqué ceux qui relevaient la tonalité antisémite de ces mises en cause. Il écrivait sur son site :

« …J’en profite pour dire que la façon de surévaluer deux phrases de Christian Jacob sur un tel thème, dans ce registre, de cette façon, aggrave le mal qu’elle prétend dénoncer. Qui a intérêt à incriminer d’antisémitisme dans une déclaration de cette sorte ? Pour menacer tous ceux qui s’opposeraient à Strauss Kahn d’antisémitisme? La ficelle est grosse! Surtout que l’accusation est particulièrement vicieuse. Sachant que l’antisémitisme n’est pas une opinion mais un délit en France grâce à la loi Gayssot (PCF) (erreur importante et embarrassante, la loi Gayssot condamne la négation de la Shoah et pas l’antisémitisme NDLR)   on voit quel procédé inquisitorial et venimeux est ainsi mis en scène... Christian Jacob n’est pas un antisémite. C’est juste un gros agrarien archaïque !... »

Mélenchon faisait mine d’ignorer à quel point le recours à l’antisémitisme  avait structuré les campagnes de la droite contre Léon Blum et Mendès-France. Il  semblait aussi ignorer qu’une partie de la gauche se présentant comme « nationale » avait repris ce type de thèmes. Ainsi le PCF avait de nombreuses fois attaqué Blum avec des descriptions physiques et intellectuelles copiées de l’univers de la droite extrême.

Ainsi Georges Marchais avait-il en mai 1968 attaqué « l’anarchiste allemand Cohn Bendit »; des centaines de milliers de manifestants lui avaient alors répondu « Nous sommes tous des Juifs allemands » Ainsi le « républicain national » Chevènement avait-il qualifié le même  Cohn-Bendit de « représentant des élites mondialisées» que les Verts sont allés chercher en «Allemagne » (10 janvier 1999 sur TF1)

  La gauche, héritière et porteuse du combat internationaliste, doit faire le ménage dans ses idées et son langage pour en bannir toute scorie chauvine.

Albert Herszkowicz

 

Suivez l'actualité de Memorial 98 sur Facebook, à l'adresse http://www.facebook.com/groups/348947755137242/  

 

 MEMORIAL 98

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre 27/03/2013 09:17


C'est d'une triviale banalité que de rappeler que Mélenchon parle vite et parfois trop  vite. De ce fait j'aurai tendance à ne pas trop analyser ses propos comme s'il s'agissaient de
déclarations mûrement réfléchies ou de textes relus et signés. Pour le coup, il est toutefois intéressant de se pencher un peu sur son propos. il n'est pas univoque. Pour lui Moscovici "ne pense
plus en français". Il me semble que la plupart des commentaire comprennent cette proposition dans le sens "ne pense plus en tant que français". De là le soupçon d'emprunt à la rhétorique des
années 30 et tout ce qui s'en suit. Au passage je serais très intéressé par les références des nombreuses attaques du PCF envers Blum auxquelles vous faites allusion. En ce qui concerne le slogan
de 68 sur Cohn-Bendit, il répondait moins à la déclaration de Marchais qui ignore l'origine du leader étudiant qu'à l'article de Minute du 2 mai 68 qui déclarait :"Ce Cohn-Bendit, parce qu’il est juif et allemand, se prend pour un nouveau Karl Marx." Par la suite Daniel
Cohn-Bendit reconnaîtra lui-même que Marchais n'avait pas visé son origine juive en disant que le secrétaire général du PCF "n'avait pas osé dire : juif allemand".  Pour en revenir à
Mélenchon, la suite de son propos :"qui pense dans la langue de la finance internationale" laisse clairement entendre qu'il s'agit de dénoncer non pas quelqu'un qui ne pense pas en tant que
français, mais qui ne pense plus avec des mots français. Je souligne le "plus" de la phrase de Mélenchon. Il est significatif. Il signifie que, pour lui, Moscovici a pensé "en français", mais
qu'il ne le fait plus. Il n'est donc nullement question des origines mais de son passage à un autre mode de pensée qui est celui de la finance internationale. Je lui laisse l'entière
responsabilité sur ce point de ses propos mais je me prends à penser que le soupçon pourrait porter sur le discours des détracteurs de M. qui ont si rapidement fait le lien entre finance
internationale et je ne sais quelle internationale juive.


Ceci je reste à 100% d'accord avec votre dernier paragraphe.    

memorial98 28/03/2013 21:13



Votre commentaire est subtil et intéressant mais il fait l'impasse sur le commentaire de JLM sur la "religion " de Moscovici ainsi que sur l'épisode précédent indiqué dans l'article. En fait je
pense qu'il y a chez JLM  un certain manque de sensibilité en la matière et sans doute une sous-estimation de ce que représente l'antisémitisme dans l'histoire politique françaises des 150
dernières années.


Pour Blum et le PCF, vous trouverez des éléments importants dans le livre de P. Birnbaum "Un mythe politique: la république juive" et dans le livre de Michel Dreyfus "l'antisémitisme à
gauche"  Pour Cohn-Bendit relisez bien j'indique que Marchais a dénoncé "l'anarchiste allemand" sans mention de la judéité de DCB mais tout le monde avait bien compris. Je vous invite à
poursuivre ce dialogue, notamment dans le cadre du groupe FB de Memorial 98


http://www.facebook.com/groups/348947755137242/  






Michel 25/03/2013 14:43


Je ne comprends toujours pas !


Est-ce que dénoncer la main-mise de la finance internationale c'est être nationaliste ? Reprocher à un de nos ministes de ne pas s'être battu pour défendre le peuple d'un autre pays c'est être
nationaliste ?


Est-ce que dénoncer le choix de l'UE de soutenir les banques afin de "sauver" un pays de la banqueroute, dire que notre ministre s'est par là même tiré une balle dans le pieds puisqu'il lui sera
alors impossible de refuser à la France ce qu'il a accepté pour Chypre, c'est être nationaliste ?


Salutations, M.O.

memorial98 28/03/2013 19:37



Nous ne discutons pas ici la stratégie pollitique de JLM, ni même de la nécessité de combattre aussi fortement la "finance nationale " que "la finance internationale" mais des propos tenus à
propos de Moscovici et des commentaires faits par JLM lui-même ramenant cela à une affire de "religion " (voir l'article. Il y a dans ce cas ainsi que dans l'épisode Christian Jacob/DSK un manque
de sensibilité ou une sous-estimation à l'égard des thématiques antisémites qui ont structuré l'histoire de notre pays depuis 15O ans.


Par ailleurs nous sommes aussi très surpris des positions récentes de JLM et du PG boycottant les manifestations de soutien au peuple syrien, dont celle commémorant le 2e anniversaire du début du
soulèvement le 16 mars dernier et des positions plus anciennes mais jamais démenties d'hostilité à l'égard de la lutte du peuple tibétain pour ses droits démocratiques face à la dictature
capitaliste chinoise.



Michel 25/03/2013 08:06


Vraiment un article décevant. Au lieu de dénoncer l'instrumentalisation de l'antisémitisme hurlez avec les loups ! OK, Mélanchon n'est pas votre tasse de thé mais il faut faire le ménage entre
les antisémites et ceux qui dénoncent la finance internationale et ses clercs !


Vous savez très bien que Mélanchon aurait dit la même chose si Moscovici s'était appelé Dupont !


A la limite, ce sont des gens comme vous qui en manipulant les faits pour défendre vos amis donnent des gages à ceux qui confondent à dessein "origine juive" et finance internationale.


Cet article ne vous honore pas; il est loin du niveau de ceux que j'avais l'habitude de lire sur votre site.

memorial98 25/03/2013 09:05



Relisez l'article à tête reposée et vous verrez qu'il ne "hurle" avec personne; il débat. Il n'est ici pas question d'aimer ou pas JLM mais d'un combat de longue date contre le nationalisme,
particulièrement dans de grands pays aussi marqués par une tradition colonialiste et impérialiste.