Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 18:42

Erevan, le mardi 3 juin 2008

Après le succès de sa journée d’action et de sensibilisation aux génocides et à leur négation, qui s’est tenue le dimanche 27 avril 2008 sur le parvis de Notre-Dame à Paris, le Collectif VAN annonce la deuxième étape de son opération « Les génocides vous regardent - Arméniens, Juifs, Tutsis, Darfouris : un mur contre le déni ».

L'antenne du Collectif VAN en Arménie [Vigilance Arménienne contre le
Négationnisme], composée de jeunes militants actifs et concernés par les questions des génocides et du négationnisme, organise une exposition informative à Erevan, capitale de l'Arménie du 7 au 10 juin.

Cette  action, première de ce type en Arménie, est déclinée sur le principe de l’exposition parisienne menée par le Collectif VAN le 27 avril 2008 et à laquelle notre association Mémorial 98 a participé (voir notre article précédent
Contre les génocides:27 Avril à Paris )
 Elle se propose d’apporter au public d’Arménie, des éléments d’information sur quatre génocides et leur négation : quatre grandes affiches traiteront du génocide arménien de 1915, de la Shoah, du génocide des Tutsis en 1994 au Rwanda et du génocide qui se déroule depuis 2003 au Soudan contre les populations darfouries.

L'antenne du Collectif VAN apportera également des éléments d’information concernant la négation de tous ces génocides et proposera une action participative. Ainsi, comme à Paris, « Un mur contre le déni » invitera les visiteurs à manifester leur vigilance en collant sur toute sa surface des stickers avec notamment les phrases suivantes :
« Les génocides, ça me regarde », « Plus jamais ça », « Le négationnisme est la phase ultime d’un génocide », « Il n’y a pas d’avenir pour une humanité qui cautionne le génocide »,, « Le négationnisme, c’est l’anti-histoire », « Les négationnistes n’expriment pas une opinion : ils perpétuent le crime ».

« Les génocides vous regardent - Arméniens, Juifs, Tutsis, Darfouris : un mur contre le déni » : cette manifestation visant à tisser un lien de solidarité entre des peuples victimes de génocide, apparaît d’ores et déjà comme une grande première en Arménie.



MEMORIAL 98




Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

tipanda 21/06/2008 23:34

Ainsi que vous le précisez, des massacres de masse sont perpétrés dans les génocides, mais certaines grandes batailles font des masses de victimes. Le terme "massacres de masse" ne me semble donc pas devoir être réservé aux génocides. On peut dire que Verdun fut un massacre, même s'il ne s'agissait pas d'un génocide.

Tipanda 19/06/2008 00:53

Lorsqu'on parle de génocide, il ne faut surtout pas oublier une spécificité de ces massacres par rapport à d'autres : la définition par le génocidaire d'un peuple à éliminer. Hitler a décidé quels critères délimiteraient le peuple juif qu'il voulait détruire. c'est assez différent des massacres de masse qui se produisent au cours d'opérations militaires dans un conflit armé.   

memorial98 21/06/2008 21:52


"des massacres de masse qui se produisent au cours d'opérations militaires dans un conflit armé"?? depuis quand les opérations militaires comprennent elles des massacres de masse? Dans la cas de
l'Arménie et du Rwanda le génocide est avéré et d'ailleurs les populations à exterminer sont clairement désignées.La spécificité de la Shoah, qui s'est d'ailleurs aussi déroulée pendant une guerre,
est celle du nazisme qui domine toute l'Europe et met donc en oeuvre un génocide continental


LN 17/06/2008 17:44

Je m'aperçois avoir oublié ce qui est plus qu'un détail, compte tenu du titre de l'article -Arménie : contre tous les négationnismes. L'expression "plan, préconcerté" que j'ai utilisée ci-dessus n'est pas de moi. Je l'ai trouvée sous sa forme anglaise (concerted plan) en dépouillant la presse américaine de l'année 1895, dans le cadre de mes recherches sur l'affaire Dreyfus. Mais hélas c'est bien DEJA de l'Arménie, qu'il était question... Et c'est à son propos déjà qu'était utilisée cette expression, pour parler des massacres qui avaient eu lieu.

Luc Nemeth 14/06/2008 12:56

D'accord, bien sûr, avec les deux points de vue ci-dessus. En ce qui concerne le mot "génocide" il est certain que sa mise en avant par certains milieux, où on se revendique un peu trop vertueusement de la démocratie, n'est que prétexte à définir -en creux- tous les autres crimes de masse, c'est-à-dire ceux qui ne seront pas considérés comme des... génocides ; et qui dès lors justifieront (du moins dans l'imaginaire de nos bonsdémocrates) toutes les non-ingérences, et bien sûr, toutes les ventes d'armes. Mais ce risque d'instrumentalisation du vocabulaire existe aussi, on a pu le voir, avec la notion de "crimes contre l'humanité", qu'évoque tipanda.Cela dit, on voit mal quel autre mot que celui de "génocide" utiliser pour exprimer une réalité qui n'est pas seulement numérique, ou liée au degré d'horreur atteint : celle de situations où ce qui est visé est l'élimination définitive, d'une fraction du genre humain. Même le mot extermination désigne une réalité qui du point de vue des victimes est toute aussi terrible mais qui ne fait pas au même point partie d'un plan, préconcerté. Cela dit, le sens des mots peut évoluer, avec le temps. J'ai encore le souvenir d'une époque où non seulement on ne venait pas nous embêter avec le mot "Shoah" mais où une expression du type "extermination du peuple juif" aurait été considérée comme tout à fait pertinente, et en aucune façon comme en retrait par rapport au terme génocide, par exemple (bien qu'il aît existé déjà).

tipanda 07/06/2008 22:08

Tout ce qui est fait pour cultiver la mémoire et la solidarité doit être soutenu. Bravo !Néanmoins, un forcing commémoratif ne permettra pas d'échapper à certaines questions : Pourquoi parler de génocide pour les uns et pas les autres ?Pourquoi les Darfouris et pas les Cambodgiens ?Peut-être vaudrait-il mieux qualifier de "crimes contre l'humanité" les crimes de masse autres que les génocides juifs, arméniens et ruandais ?A trop employer certains mots on les affaiblit. Méfions nous toujours du risque relativiste.

memorial98 07/06/2008 22:22


remarque pertinente à nos yeux;certains considèrent qu'il faudrait en effet ajouter le Cambodge,l'Ukraine des années 30. Pour notre part nous faisons référence aux trois génocides que vous nommez