Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

22 février 2018 4 22 /02 /février /2018 18:37

 

 

 

                                     Hans Scholl, Sophie Scholl, Christoph Probst.

 

21 Février 2020:  Hanau, Thuringe, la menace des héritiers du nazisme.

Le 77e anniversaire de l'exécution des membres de la Rose Blanche se déroule dans un contexte dramatique, quelques jours après l'attentat d'extrême-droite de Hanau qui a fait neuf victimes. Auparavant c'est la synagogue de Halle qui avait été attaquée par un terroriste néo-nazi qui a tué deux personnes ( voir ici )

Dans la même période, une alliance entre la droite et le parti AfD en Thuringe, sous la direction du négationniste Björn Hoecke, a provoqué une crise politique majeure (voir ici)

Il apparaît que la lutte contre l'extrême-droite et contre la propagande néo-nazie et complotiste a été gravement négligée par les pouvoirs publics allemands, comme l'a déjà démontré la longue entreprise meurtrière de la cellule néo-nazie NSU ( voir ici)

MEMORIAL 98

 

Le 22 février 1943, trois jeunes résistants allemands antinazis du groupe de la "Rose Blanche", Hans Scholl, Sophie Scholl et Christoph Probst étaient guillotinés, après une parodie de jugement. Ils avaient  été arrêtés quelques jours auparavant, le 18 février, après une action audacieuse dans l'Université de Munich (voir ci-dessous) .

 

En quelques mois seulement ils ont écrit une page particulièrement glorieuse et émouvante de la résistance au nazisme, au cœur même de son espace. Leur mémoire mérite un hommage particulier alors que partout en Europe et aux USA, les tenants du fascisme et du nazisme sont à l'offensive notamment en Allemagne, Autriche, Hongrie, Pologne, Italie ...     

L'histoire de la "Rose blanche" est celle d'un groupe de jeunes allemands et d'un de leurs professeurs qui s'engagent dans une résistance de plus en plus déterminée au régime nazi. 

Ils sont six: 

Hans Scholl, né en 1918
Alexander Schmorell, né en 1917
Christoph Probst, né en 1919
Willi Graf, né en 1918
Sophie Scholl, née en 1921
Leur professeur, Kurt Huber, né en 1893

Dans un premier temps, Hans et Sophie Scholl sont attirés par les thèmes du nouveau Reich, comme beaucoup d'autres gens de leur âge. En 1938, Hans est néanmoins arrêté par la Gestapo pour appartenance à des "groupes de jeunesse interdits". Chrétiens, ils sont non-conformistes, alors que l’Allemagne est uniformisée par les nazis.

Puis ils sont influencés par leurs lectures et ce qu'ils observent sur le front. En effet, les garçons du groupe font partie des étudiants autorisés à poursuivre leurs études tout en étant mobilisés dans l'armée. Pendant les vacances universitaires, ils redeviennent soldats. Ainsi Hans Scholl, qui a participé à la campagne militaire de France, s’y est procuré des livres qui influencent son entrée en opposition.
 

Une autre membre du groupe, Alexander Schmorell, élevé par une gouvernante russe, peut parler dans leur langue à des paysans sur le front russe . C’est lui qui révèle au groupe le génocide des Juifs .

Dès leur deuxième tract de juin 1942, ils alertent sur le sort des Juifs en Pologne et écrivent: 
..."dreihunderttausend Juden in diesem Land auf bestialischste Art ermordet worden sind..."
..."depuis la mainmise sur la Pologne, 300 000 Juifs de ce pays ont été abattus comme des bêtes. C’est là le crime le plus abominable perpétré contre la dignité humaine, et aucun autre dans l’histoire ne saurait lui être comparé. Qu’on ait sur la question juive l’opinion que l’on veut : les Juifs sont des hommes et ce crime fut commis contre des hommes..."

Les tracts du groupe étaient diffusés dans les boites aux lettres ou envoyés à des destinataires chargés de les recopier. Ils ont rédigé en tout six tracts appelant à la résistance contre le régime.
Ils les envoient à Hambourg, Sarrebrück, Ulm, Fribourg, Stuttgart, Berlin.
A Berlin, Ruth Andreas-Friedrich et son groupe de résistance nommé "Onkel Emil" (Oncle Emile), recopient le sixième tract et le diffusent.

En janvier 1943, le chef nazi de Bavière, Giesler, déclare aux étudiantes de Munich qu’elles feraient mieux d’offrir un enfant au Führer plutôt que de poursuivre leurs études.

Cette injonction déclenche des protestations de la part des étudiant.e.s.
Le groupe peint alors des slogans sur les murs de l’université à Munich :" FreiheitLibertéNieder mit Hitler, A bas Hitler"

La défaite nazie de Stalingrad en février 1943 inspire leur sixième et dernier tract, écrit par le professeur Huber et diffusé à 3000 exemplaires.

Le 18 février 1943, Hans et Sophie Scholl lancent ce sixième tract dans le hall (Lichthof) de l'Université Ludwig Maximilian de Munich. 

Ils y appellent les étudiants à se soulever contre la dictature, pour « la liberté et l’honneur ». Ils sont dénoncés par le concierge de la faculté, arrêtés et remis à la Gestapo.

Un tribunal nazi, nommé « Tribunal du peuple » est immédiatement convoqué le 22 février à Munich.  Son président vient spécialement de Berlin afin de  "juger" les accusés.
 

Condamnés à mort pour "haute trahison", Hans et Sophie Scholl, ainsi que Christoph Probst, sont guillotinés quelques heures seulement après le jugement, dans la prison de München-Stadelheim. Après un deuxième procès, le 19 avril 1943, Kurt Huber, Alexander Schmorell et Willi Graf sont également guillotinés.

 

Un de leurs tracts déclarait:  "la honte pèsera pour toujours sur l’Allemagne, si la jeunesse ne s’insurge pas enfin pour écraser ses bourreaux"...

 

 

La mémoire de leur engagement nourrit nos combats 

Mise à jour du 4 Mai 2019

Hommage à Traute Lafrenz, dernière survivante de la Rose Blanche, qui fête son centième anniversaire. Elle vient d'être décorée de l'Ordre du Mérite, plus haute décoration civile allemande.

 

Memorial 98

Voir sur l'actualité en Allemagne http://info-antiraciste.blogspot.com/2020/02/alerte-en-allemagne-lextreme-droite.html

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

habrias 23/02/2018 09:23

Merci de votre démarche qui nous rappelle, nous alerte, nous conscientise; Nous en avons bien besoin