Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 23:37

Cet article est le second publié sur cette affaire par Bernard Schmid pour Memorial 98 (voir Allemagne: qui protège les néos-nazis? ). Nous avons jugé utile de conserver les liens de référence vers les sources allemandes afin d' en permettre la vérification. La longueur inhabituelle de l'article se justifie amplement par la complexité et la gravité de l'intrication entre une cellule de tueurs néo-nazis et des secteurs de l'appareil d'Etat allemand.

MEMORIAL 98

 

 

 PARTIE I :

 Ce mercredi 17 avril 2013, un procès qui aurait été susceptible de revêtir une dimension historique s’ouvre devant la « Chambre des infractions contre la sûreté de l’Etat » le Staatsschutzsenat - du tribunal criminel de Munich, en Allemagne. Il pourrait durer deux ans. L’ancienne militante néonazie Beate Zschäpe, âgée de 38 ans, en détention provisoire depuis novembre 2011, en sera l’accusée principale. Une douzaine de complices actifs sont poursuivis avec elle, dont quatre comparaissant en détention provisoire ; ceci alors que le réseau néonazi meurtrier auquel appartenait Zschäpe est nettement plus étendu. Un récent article dans un journal de droite (« Bild am Sonntag »), confirmé par les autorités puis par la télévision publique, parle ainsi de 129 membres actifs du réseau de complices. Voir http://www.bild.de/news/inland/nsu/hatte-129-helfer-und-helfershelfer-29642018.bild.html  et http://www.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2013-03/nsu-netzwerk-namensliste

Tout aurait donc dû confirmer l’importance majeure de ce procès contre des criminels à l’idéologie brune.

 Le terme « aurait été… » se justifie pleinement, dans la mesure où les autorités étatiques auront tout fait pour minimiser et réduire l’impact de ce procès, ainsi que nous le verrons par la suite. Dans une partie des médias et dans la société civile, le procès est cependant suivi avec une attention accrue. Ainsi le  samedi 13 avril à Munich, au moins 10.000 personnes ont participé à une manifestation contre la terreur néo-nazie ; voir ici une interview donnée par le porte-parole du collectif organisateur  : http://www.heise.de/tp/artikel/38/38912/1.html  et aussi http://ffm-online.org/2013/04/11/demo-bundnis-gegen-naziterror-und-rassismus-zum-nsu-prozess-in-munchen/#more-8477

 

 Des militants néonazis connus de longue date

 

La principale prévenue de ce procès est poursuivie pour avoir été l’un des membres fondateurs d’une « association constituée en vue de commettre des actes terroristes », au sens du § 129a du Code pénal allemand. Cette association à but terroriste a pris la forme de la cellule qui s’est donné pour nom Nationalsozialistischer Untergrund (« maquis national-socialiste » ou « clandestinité nationale-socialiste »), en abrégé « le NSU ».

 

Trois membres de ce groupe sont connus, pour l’heure : Beate Zschäpe, chargée notamment de la gestion de la planque des membres du groupe – un appartement située dans la ville de Zwickau –, de la location de véhicules pour les tueurs actifs du groupe, et surtout de l’« entretien d’une image de la normalité » vis-à-vis des voisins et autres visiteurs de l’appartement en question. Ainsi le dit l’acte d’accusation, un dossier volumineux de 500 pages qui sera lu intégralement ce 17 avril, au début du procès. Puis il y avait les deux tueurs en service du « NSU », Uwe Mundlos et Uwe Bönhardt, morts (a priori par suicide ) le 04 novembre 2011 à Eisenach, près d'Iéna.

Ils étaient d’ailleurs connus de longue date  en tant que  militants d’extrême droite; Uwe Mundlos s’était ainsi fait remarquer pour son idéologie néonazie au cours de son service militaire, effectué en 1994/95 à Bad Frankenhausen, dans l’Etat-région de Thuringe. Selon des informations parues récemment, Mundlos avait été interrogé plusieurs fois à cette époque par le MAD (Militärischer Abschirmdienst, le service de renseignement et de contre-espionnage de l’armée allemande) ; v. http://www.fr-online.de/neonazi-terror/nsu-mad-befragte-mundlos-offenbar-mehrfach,1477338,20921146.html A plusieurs reprises, et non pas une seule fois en mars 1995, comme l’avait laissé entendre le MAD jusqu’à très récemment. Mais ce n’est pas le seul service étatique qui a tenté, dans la période récente, d’effacer le plus de traces possibles…

 

Les trois membres fondateurs du « NSU » (ceux connus jusqu’à ce jour) avaient fait le choix de vivre dans l’illégalité à partir du 26 janvier 1998, suite à une perquisition dans le garage de Beate Zschäpe au cours de laquelle une bombe – en état de fonctionner – fut trouvée. Cet épisode n’a pas empêché « le trio terroriste », comme les membres révélés du NSU sont aujourd’hui appelés par la presse allemande, de vivre à proximité de leurs lieux d’existence initiaux, pendant pas moins de 13 ans. Ils ont aussi pu voyager avec des vrais-faux papiers d’identité, fournies par les autorités allemandes. Ils ne se privaient pas de bouger, en Allemagne ou encore en Europe de l’Est ; une période de vacances sur la Mer baltique est encore documentée pour l’été 2011.

 

L’existence d’autres membres du « noyau dur » du groupe reste un sujet à spéculation. Il n’ y a en revanche pas de doute quant à l’existence d’un réseau structuré qui entourait les membres fondateurs. Au moment où « le trio terroriste » prit officiellement le maquis – ou plutôt, une existence dans la semi-clandestinité, dont semble-t-il beaucoup de personnes dans la région étaient au courant -, une liste de « contacts utiles » avait aussi trouvé dans le fameux garage. Elle comportait plus de cent noms et/ou numéros de téléphone. A ce jour, cette liste n’a pas été officiellement exploitée par les organes d’instruction étatiques. La raison officielle est que le LKA (Office de police criminelle régional) de l’Etat-région de Thuringe avait expédié cette liste au BKA (Bundeskriminalamt, Office fédéral de police criminelle) ; celui-ci n’a jamais lancé d’investigations sur cette base, prétendument« parce qu’on pensait que c’était le LKA qui le faisait ». Voilà pour les prétextes officiels. Mais il est probable que la liste de 129 noms, évoquée il y a peu par le journal populiste « Bild am Sonntag », pourrait être fondée sur cette liste initiale.

 

Par ailleurs, des collectifs néonazis de soutien aux membres du NSU ont été constitués jusque dans des prison. Les lieux d’incarcération  constituent depuis longtemps un lieu d’organisation des néonazis notamment à travers le « Collectif d’entraide aux prisonniers politiques » HNG. (v. http://www.welt.de/politik/deutschland/article115158911/Neonazis-in-Gefaengnissen-kontaktierten-NSU-Umfeld.html?wtmc=nl.rstpolitik ) Dans l’Etat-région de Thuringe, les réseaux de soutien aux complices du « NSU » étaient d’ailleurs devenus tellement denses qu’ils arrivaient à contourner le contrôle du courrier dans les pénitenciers, amenant les autorités judiciaires à transférer l’un des prévenus de Thuringe en Bavière. (V.

http://www.bnr.de/artikel/hintergrund/unterstuetzernetzwerk-der-bewegung)

 

Par ailleurs, les enquêtes menées depuis novembre 2011 ont permis d’identifier certains complices actifs, ayant livré assistance et secours aux membres actifs du « NSU ». L’un d’entre eux, maintenant accusé à Munich, est un certain Ralf Wohlleben. Celui-ci, un temps président adjoint du NPD (« Parti national-démocate », principal parti d’extrême droite en Allemagne) dans l’Etat-région de Thuringe, est lourdement accablé par les dépositions d’autres témoins ou prévenus. Un certain Carsten S, âgé de 19 ans à l’époque des faits et membre actif des JN (« Junge Nationaldemokraten », organisation de jeunesse du NPD, à  forte réputation extrémiste), a ainsi déclaré aux enquêteurs que c’est lui qui était allé remettre l’arme du crime aux membres fondateurs du groupe . Il s’agit d’un un pistolet de fabrication tchèque du type « Ceska 83 », avec laquelle les assassinats du « NSU » de 2000 à 2007 ont été commis . Mais il a aussi précisé qu’il s’était rendu à Chemnitz (en Saxe), pour rencontrer les futurs tueurs, « fin 1999 ou début 2000 » sur ordre de Ralf Wohlleben. Ce serait d’ailleurs aussi celui-ci qui aurait payé l’arme du crime, facturée 2.500 deutschemarks à l’époque. Voir aussi http://jungle-world.com/artikel/2013/15/47484.html

 

Il est plus que probable que certains membres ou proches du réseau terroriste néonazis, autres que la dizaine d’accusés au procès de Munich, courent encore en toute liberté. Ceci d’autant plus que selon des révélations récentes de la police et des médias, 266 néonazis seraient actuellement officiellement recherchés par la police, mais « sans lieu de séjour connu » ( chiffres de mars 2013). La police aurait, donc, officiellement perdu toute trace de ces militants potentiellement dangereux. (voir  http://www.netz-gegen-nazis.de/dokument/12032013presseschau-8578 )

 

 Une longue série de crimes

 Le groupe NSU a commis au moins dix assassinats entre 2000 et 2007 ; neuf des victimes étaient des immigrés d’origine turque ou grecque. Il s’agit d’Enver Simsek, fleuriste ; Abdurrahim Özüdogru, salarié chez Siemens et tailleur à ses heures libres ; Süleyman Tasköprü, épicier, vendeur de légumes ;  Habil Kiliç, épicier ; Yunus Turgut, employé dans un restaurant de Döner ; Ismail Yasar, lui aussi employé dans un restaurant turc ; Theodorus Boulgarides, travaillant pour un magasin de clés et serrures ; Mehmet Kubasik, qui gérait un kiosque ; et Halil Yozgat, qui gérait un cybercafé. Toutes les victimes ont été assassinées « au hasard », du seul fait de leurs origines étrangères,  sans être personnellement connues des tueurs. Ils habitaient dans différentes villes, de Rostock dans le Nord-Est jusqu’à Munich dans le Sud-Est et à Dortmund dans l’Ouest du pays. Les tueurs s’étaient déplacés à travers quasiment toute l’Allemagne pour atteindre leurs victimes en utilisant souvent des camping-cars loués.

 

La dixième victime était une femme policière, Michèle Kiesewetter, assassinée d’une balle dans la tête en avril 2007 à Heilbronn, ville située dans le sud-ouest de l’Allemagne, alors qu’un de ses collègues fut grièvement blessé. Le motif de son assassinat n’est pas parfaitement élucidée jusqu’à aujourd’hui, mais il est probable qu’elle a été tuée pour avoir trop su  sur des activités néonazies… mais aussi, éventuellement, sur des connexions néonazies à l’intérieur de la police allemande. Elle était en effet originaire de Thuringe, région où a été initialement créé le « NSU », et avait probablement une connaissance – inévitable en raison de leur caractère très visible – d’activités néonazies dans la région. (V. http://faustkultur.de/kategorie/gesellschaft/obermayr-schwarzbuch-rassismus.html#.UWp5Co7BASo )

Par ailleurs, son chef de brigade – Zugführer – était un certain Timo H., qui s’est avéré être membre d’un groupe néonazi qui se fait appeler « Ku Klux Klan Allemagne » (voir le journal BILD du 04 novembre 2012). Autrement dit, pour l’une ou l’autre raison, elle a probablement dû mourir pour en « savoir trop » sur certaines choses ou activités. Ainsi le néonazi Timo Brand, placé au centre des certains réseaux néonazis en Thuringe et sur lequel nous allons revenir plus loin, possédait une voiture dans les environs de Heilbronn, la ville où Michèle Kiesewetter fut assassinée le 27 avril 2007.

Le « NSU » a aussi, probablement, commis un attentat à la bombe en janvier 2001 à Cologne, dans l’Ouest de l’Allemagne, dirigé contre une épicerie gérée par une famille irano-allemande. La fille de la famille, âgée à l’époque de 19 ans, Masliya M., a été grièvement blessée. La devanture du magasin qui avait constitué la cible de cet attentat apparaît dans la petite vidéo cyniquement appelée « Paul la Panthère » et rendue publique en novembre 2011. Il s’agit de la vidéo dans laquelle le « NSU » a revendiqué ses crimes, énumérés et commentés pour le spectateur par la célèbre figure de dessin animé « Paul, la panthère rose ».

 

Aussi et surtout, le groupe est accusé d’avoir fait exploser une bombe remplie d’explosifs et de clous pointus (en vue de faire la maximum de victimes), le 9 juin 2004 à Cologne. L’explosion eut lieu dans une rue marquée par de nombreux commerces et restaurants de la population originaire de Turquie (turque ou kurde), et fit 22 blessés dont de nombreux blessés graves.

 

La complicité et/ou l’aveuglement de la politique officielle allemande, a été flagrante dès la survenue de cet attentat à l’explosif. A l’époque, on ignorait encore l’existence d’un groupe organisé, désigné par lui-même comme « cellule clandestine national-socialiste », à savoir le NSU. Celle-ci a été révélé pour la première fois par la mort (a priori le suicide) de deux de ses membres, repérés par la police, le 04 novembre 2011. Mais de nombreux observateurs , avaient évoqué, dès la nouvelle de l’attentat juin 2004 connue, la probabilité d’un crime raciste : ses auteurs avaient cherché à faire le plus grand nombre de victimes possible, touchées certes « au hasard » mais dans un quartier à forte population immigrée. La police de Cologne elle-même avait, en ce jour du 9 juin 2004, déclarée soupçonner « un crime politique ou raciste ». Or, dès le lendemain, le10 juin 2004, le ministre fédéral de l’Intérieur – Otto Schily, social-démocrate autoritaire et droitier– avait martelé qu’il ne pouvait s’agir que d’un « crime crapuleux », et que toute piste « politique » était exclue.

 

Interpellé à ce propos par la commission d’enquête parlementaire du Bundestag (« NSU-Untersuchungsausschuss »), formée le 26 janvier 2012 suite à la découverte du NSU fin 2011, Otto Schily déclara à ce propos « ne se souvenir de rien ».

 

 PARTIE II :

 

Le rôle plus que douteux des autorités officielles

 

Nous n’avons pas encore abordé le pire, en ce qui concerne le rôle visible et invisible des autorités allemandes. De nombreux médias ont parlé, depuis, d’« échec des organes d’investigation », d’«incompétence flagrante des enquêteurs » et ainsi de suite. La réalité est, très certainement, bien pire.

 Cette réalité est à ce point inquiétante que les présidents des services secrets intérieurs – appelés en Allemagne « Offices de protection de l’ordre constitutionnel » (Ämter für Verfasschungsschutz, abrégés VfS), équivalents des ex-Renseignements Généraux français, de l’Allemagne fédérale et de deux Etats-régions ont été contraintes à présenter leur démission, à l’été 2012,. Ce fut  d’abord le président du VfSà l’échelle nationale, Heinz Fromm, qui démissionna début juillet 2012. A la suite, ce fut  le président du VfS de l’Etat-région  de Saxe, Reinhard Boos, qui demande le 11 juillet 2012 sa mutation dans un autre service (voir http://www.spiegel.de/panorama/nsu-ermittlungspannen-sachsens-verfassungsschutzchef-tritt-zurueck-a-843817.html. Dans l’Etat-région voisin de Thuringe, c’était son collègue du VfS du Land, Thomas Schippel, qui demanda peu après sa mise en retraite anticipée.

 Quel est l'objet du scandale qui les avait fait démissionner ? En juillet 2012,  l’opinion publique stupéfaite apprit que les services secrets intérieurs avaient procédé,  au début du mois en cours, à des destructions massives de dossiers, portant sur les activités de renseignements et de police autour du « NSU ». On savait déjà, à ce moment-là, qu’une vingtaine de dossiers sensibles avaient été passés à la broyeuse entre novembre 2011 et janvier 2012. Détail étonnant : des fonctionnaires du VfS fédéral, situé à Cologne, étaient venus travailler le 11 novembre de l’année 2011, apparemment spécialement pour détruire des papiers. Or, le 11 novembre est le début de la saison du carnaval à Cologne, aussi appelée « la cinquième saison » ; et qui connaît la région de Rhénanie, sait que venir au  travail est exceptionnel à cette date particulière, surtout dans une ville comme Cologne. Mais peut-être que les fonctionnaires en question sont trop austères pour participer au Carnaval ? . Ils avaient en tout cas un certain sens de l’humour, expliquant publiquement que des dossiers ultra-sensibles avaient dû finir à la broyeuse en raison du besoin « de protéger des sources »

 

Début juillet 2012, on apprit que pas moins de 310 dossiers venaient encore d’être détruits. Alors que la transformation de vingt autres en confetti, quelques mois auparavant, avait déjà suffi pour faire scandale… C’est à ce moment-là, courant juillet, que le ministère de l’Intérieur fédéral eut la bonne idée d’enfin d’interdire toute destruction ultérieure de dossiers. C’était le  « bon moment » parce qu’il ne restait probablement rien des données les plus sensibles,. Selon des dires de Thomas Wüppesahl, porte-parole de l’Association fédérale des policiers et policières critiques qui suit attentivement l’évolution de l’« affaire NSU », (v. son interview par une radio libre de fin octobre 2012, sous : http://www.freie-radios.net/51745)  « 94 de ces dossiers avaient une relation directe avec des personnes liées au NSU. Dont des dossiers personnels d’informateurs et complices du NSU, y compris celui d’un indicateur du LKA (note : Landeskriminalamt, office régional de police criminelle) de Berlin,  qui avait fourni un kilogramme d’explosifs aux trois membres fondateurs du NSU. 

La suspicion règne, donc, vis-à-vis des appareils étatiques et des structures de police. Elle règne aussi, visiblement, à l’intérieur de ces appareils. A ce point qu’à la suite des révélations ci-dessus évoquées, le ministre de l’Intérieur de l’Etat-région de Thuringe – Jörg Geibert, membre de la CDU (Union chrétienne-démocrate), donc du principal parti de droite – ordonna la mobilisation de 80 Bereitschaftspolizisten (l’équivalent des CRS français) pour faire photocopier des documents se trouvant en possession du VfS de Thuringe. Le ministre déclara ouvertement qu’il s’agissait d’empêcher que le service en question puisse faire disparaître des « parties substantielles » des dossiers relatifs à l’Affaire NSU, ajoutant qu’il était nécessaire d’« assécher un marais ». Puisque la méfiance régnait vraiment très fortement, le ministre donna par ailleurs l’ordre d’acheminer les photocopies directement à Berlin, afin de les remettre aux membres de la Commission d’enquête parlementaire du Bundestag. Une radio régionale, le Mitteldeutscher Rundfunk (MDR), précisa ensuite que des membres du service de renseignement suspecté – du VfS de Thuringe – s’étaient enquis plusieurs fois du trajet des véhicules transportant ces documents vers la capitale, sans pour autant obtenir l’information… (Cité d’après Peer Heinelt : « Rechter Terror von Staats wegen », article paru dans le magazine mensuel KONKRET, numéro 12/2012 ; non en ligne.)

 

 

 

PARTIE III :

 

 

Tentative d’explication

 

Qu’est-ce qui explique une telle attitude d’autorités étatiques, dont des fractions importantes sont visiblement impliquées jusqu’aux deux oreilles dans le scandale consistant à avoir laissé faire – plus ou moins ouvertement - des terroristes nazis ? Incompétence, pagaille administrative, comme le suggèrent certaines voix bien pensantes ? Que nenni. A ce niveau-là, et vu les nombreuses tentatives visibles d’effacer des traces, une telle pseudo-explication n’a aucun sens.

 

Ce qui se cache derrière « le marais », pour reprendre les mots du ministre précité, c’est une stratégie des services qu’on peut qualifier de « tentative de contrôler par accompagnement actif ». Prenons l’exemple de Tino Brandt. L’homme se targue ouvertement, dans des interviews donné à certain/e/s journalistes, d’avoir encaissé au total 200.000 deutschmarks (environ 100.000 euros) , déboursés par les services du VfS de Thuringe pour payer ses services d’indicateur. Or, loin de permettre l’observation du milieu néonazi afin de mettre l’Etat en mesure de le combattre, Tino Brandt était au contraire un membre plus qu’actif de ce même milieu néonazi. Et il s’en vante. Tout en déclarant aussi dans une interview, à propos des les membres fondateurs du NSU : « Mais les trois étaient des nôtres ! » … 35 enquêtes pour violences et propos racistes étaient en cours contre Tino Brandt, en 2002. Aucune ne s’est soldée par une condamnation, son statut d’indicateur officiellement reconnu lui garantissant une immunité pénale. Actuellement, certains enquêteurs veulent néanmoins en savoir plus sur les liens éventuels avec le  NSU . Une perquisition à son domicile a ainsi lieu le 28 mars 2012 et pas le 5 novembre 2011 , au lendemain de la mort de deux des fondateurs du « NSU ». « Ce qui lui aura laissé », poursuit le journaliste Florian Sendtner, « cinq mois  pour faire disparaître tout ce qui était quelque peu périlleux pour lui ». (Voir http://www.konkret-magazin.de/429/articles/tino-brandt-und-die-biedermaenner-889.html )

 

A propos d’indicateurs des services, il serait aussi intéressant et nécessaire d’en savoir un peu plus sur le rôle d’un employé permanent du service de renseignement VfS de l’Etat-région de Hesse, nommé Andreas Temme. Celui-ci se trouvait dans le Cybercafé géré par Halil Yozgat dans la ville de Kassel, au moment précis de son assassinat, le 06 avril 2006. L’enquête a révélé que Temme était enregistré comme étant « en ligne », dans ce cybercafé, de 16.43 h jusqu’à 17.01 h, ledit jour. Or, la victime de l’assassinat raciste fut trouvée par son fils, le même jour à 17 heures03. Le jour même à 13h 06, Temme avait appelé de son portable de service un néonazi proche du réseau violent « Blood & Honour », qu’il avait lui-même fait utiliser comme indicateur par son service, depuis 2003. (Voir une reconstruction plus détaillée sous : http://friedensblick.de/2774/rekonstruktion-des-nsu-mordes-an-halit-yozgat/ ) Malgré un appel à témoins, Andreas Temme ne s’était pas confié à la police suite à l’assassinat. Lorsqu’il fut néanmoins identifié, il tenta de se justifier en disant qu’il avait « cherché des rencontrer des femmes en ligne », et qu’il n’avait pas souhaité que ses collègues de travail soient au courant. Le journal de droite « BILD » a même écrit, en date du 15 novembre 2011, que Temme se trouvait au total « à proximité de six des lieux d’assassinats commis par le NSU » (d’autres médias ont parlé de trois cas au lieu de six), au moment exact du crime. Plus tard, cette « proximité » étonnante n’a plus tellement été évoquée, dans les grands médias. Andreas Temme, alors âgé de 39 ans, était  surnommé « Klein-Adolf » (Petit Adolf en référence à Hitler), par des collègues ;lors d’une perquisition à son domicile, de la littérature d’extrême droite fut trouvée . Il a néanmoins été officiellement mis hors cause par les résultats de la perquisition car les enquêteurs n’ont pas retrouvé chez lui l’arme du crime ou un autre élément immédiatement confondant.

 

Revenons cependant à Tino Brandt : c’est lui qui a créé dans les années 1990 une milice néonazie régionale, le « Thüringer Heimatschutz », dont des nombreux membres feront plus tard partie de l’entourage des trois membres fondateurs du « NSU ». Lui-même était en contact avec eux, ce qui est prouvé au moins jusqu’à la fin des années 1990, puis fait l’objet de spéculations au-delà. Il a arrêté ses activités d’indicateur en 2001, après que son identité eut été publiquement révélée ; or, les néonazis ne le menaçaient alors pas pour avoir « trahi la cause », comme on aurait pu s’y attendre, mais le félicitaient au contraire.

 

Horst Mahler, à l’époque avocat du NPD (et par ailleurs négationniste connu, qui a fini par se retrouver en prison pour cette raison-là), utilisait l’activité révélée de Tino Brandt comme « joker » dans le procès d’interdiction, alors intentée contre le NPD devant le Tribunal constitutionnel d’Allemagne à Karlsruhe. Puisque des membres aussi actifs et aussi haut placés dans le milieu néonazi – et du NPD lui-même – étaient des indicateurs de police, argumenta-t-il alors, l’Etat ne pouvait pas interdire ce parti… puisqu’il existait des soupçon de fabrication de preuves à charge contre le parti néonazi, par des agents provocateurs.

 

En effet, le Tribunal constitutionnel de Karlsruhe adopta un raisonnement similaire, et refusa d’interdire le NPD par une décision rendue en mars 2003 - Actuellement, en 2013, une nouvelle demande d’interdiction à l’encontre du parti néonazi est par ailleurs à l’étude. Or, seuls trois « organes constitutionnels » peuvent formellement demander aux juges constitutionnels de dissoudre une formation politique à laquelle le statut de parti est reconnu : le gouvernement fédéral, le Bundestag (équivalent de l’Assemblée nationale) et le Bundesrat (chambre fédérale composée de représentants des Etats-régions allemands, qui ressemble de très loin à une sorte de Sénat). Après divers rebondissements, la coalition de droite actuellement au pouvoir en Allemagne a fini par décider, à la mi-mars 2013, de ne pas demander l’interdiction du NPD. Le parti (ultra)libéral F.D.P., membre de la coalition avec les Unions chrétienne-démocrate et chrétienne sociale CDU et CSU, avait décidé de demander à ses cinq ministres d’émettre leur veto. Ses arguments étant qu’« on ne peut pas interdire la bêtise », et qu’« une démocratie comme la nôtre est assez forte pour pouvoir combattre l’extrémisme de gauche comme de droite ». (V. http://www.zeit.de/politik/deutschland/2013-03/npd-verbotsantrag-fdp-seehofer-roesler )

 Surtout « de gauche », d’ailleurs, puisque le rapport 2012 du VfS avait encore surtout mis en avant « la violence d’extrême gauchee » - en réalité très anecdotique par rapport aux 180 morts de violences néonazies enregistrés depuis la réunification allemande en 1990 -, et avait défini la violence islamiste (n’ayant fait encore aucun mort en Allemagne) comme « menace principale ». Ce n’est qu’en 2013 que le passage sur la menace néonazie est (re)devenue quelque peu substantiel ; sachant que l’idéologie officielle de l’Allemagne fédérale continue à consister en une sorte d’« anti-extrémisme primaire », mettant gauche marxiste et extrême droite fasciste strictement dans le même sac, quand la première n’est pas définie comme « plus menaçante »… Voir. aussi http://www.heise.de/tp/blogs/8/154096

Néanmoins, l’information publiée par l’AFP selon laquelle « le NPD ne sera pas interdit » (v. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/20/97001-20130320FILWWW00429-allemagne-parti-neo-nazi-pas-interdit.php) paraît précipitée, dans la mesure où le Bundesrat – la chambre fédérale – pourrait encore décider de se lancer, seule, dans une procédure devant le Tribunal constitutionnel. Avec les voix d’une majorité des Länder (Etats-régions), notamment ceux gouvernés par le SPD social-démocrate, la Chambre fédérale pourrait encore décider de lui demander l’interdiction du NPD ; sans être accompagnée par le gouvernement fédéral ni par la majorité au Bundestag, où le veto du F.D.P. bloque les choses. Rien n’est encore sûr, pas plus que ne l’est l’issue d’une procédure éventuelle. Le problème du « manque de distance / d’éloignement vis-à-vis de l’appareil de l’Etat », selon la formulation du Tribunal constitutionnel lors de sa décision dans la première procédure contre le NPD, en 2003, continue toujours à se poser.

 

Des structures de l’Etat allemand sont étroitement imbriquées dans les activités de la mouvance fasciste et néonazie, et ce n’est pas une nouveauté absolue. Il se pose la question des motifs et des raisons de cette situation. On peut noter  l’origine de bon nombre des services en question souvent construits en Allemagne fédérale après 1949 sous la conduite d’anciens membres des appareils de répression nazis. De plus,  il faudra  réfléchir à la stratégie de l’Etat vis-à-vis de la gestion de la situation en ex-Allemagne de l’Est, suite à la réunification. Après l’entrée en vigueur du Traité actant l’« adhésion » de l’ancienne RDA à la République fédérale d’Allemagne, le 3 octobre 1990, il s’est avéré rapidement que les rêves d’une bonne partie de la population de l’ex-RDA – consistant à entrer dans un « paradis capitaliste », monnaie forte et fortes possibilités de consommation à l’appui – allaient être vite déçues. Au lieu des « paysages florissants à l’Est », publiquement invoqués par le chancelier Helmut Kohl en 1990, les habitant/e/s de l’ex-RDA allaient plutôt connaître désindustrialisation, chômage massif et prise de contrôle par des entreprises et administrations de l’Ouest étendant leur territoire. Les œufs jetés sur Helmut Kohl lors d’une visite en ex-RDA, le 31 mai 1991, n’en étaient qu’un début spectaculaire. (V. http://www.youtube.com/watch?v=8ZazG0nxexU et http://www.youtube.com/watch?v=gbBUj_VRA-Y ) A ce moment-là, certains décideurs au niveau politique et administratif semblent avoir visiblement pris une décision : il valait mieux avoir une « opposition » raciste et nazie – au départ favorisée par le fait qu’une partie de la population assimilait systématiquement les idées de gauche à l’ancien régime du temps de la RDA -, qu’une opposition sociale, syndicale ou progressiste. C’est en tout cas l’hypothèse développée  avec force détails par l’écrivain Wolfgang Schorlau, dans son roman policier « Das München-Komplott » (Cologne 2009, 336 pages ; nous remercions le journaliste Detlef zum Winkel pour nous avoir conseillé cette lecture).

 

Elle correspond assez exactement à ce qui put être observé à partir du mois de septembre 1991, et jusqu’au cours de l’année 1993 : en déclenchant la tristement célèbre « Asyldebatte », les décideurs politiques avaient ouvert les vannes d’un racisme extrêmement agressif. Il s’agit de la campagne orchestrée par les principaux partis politiques et médias contre « l’afflux de demandeurs d’asile », proclamé « problème national numéro 1 » depuis l’automne 1991. Une campagne qui dura, à l’échelle nationale, jusqu’à la restriction radicale du droit d’asile par modification de la constitution, votée le 26 mai 1993. Cette campagne xénophobe fut accompagnée d’une vague de crimes sans précédent, avec notamment les incendies de centaines de foyers d’immigrés et les assassinats par le feu perpétrés à Mölln (novembre 1992), Solingen (mai 1993) et ailleurs. Voilà le « marais » politique principal, dans lequel ont pu grandir et se nourrir abondamment des réseaux néonazis criminels.

 Aujourd’hui, l’une des questions qui se posent aux observateurs critiques peut être énoncée comme suit :«Combien d’Etat se trouvait dans le NSU ? »

Voir http://linksfraktion.de/nachrichten/naziterror-verfassungsschutz-zwei-seiten-medaille/

 

 Conditions extrêmement restrictives pour le procès

 En attendant, et alors que s’ouvre le procès de Munich à partir du 17 avril, celui-ci est placé dans des conditions extrêmement restrictives par les autorités judiciaires. L’audience a été organisée dans une salle minuscule, ce qui a fait surgir la formule  d’un« méga procès dans une mini salle », voir

http://www.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2013-03/nsu-prozess-muenchen-2

 La transmission par vidéoprojecteur dans une autre salle du tribunal serait techniquement possible et légalement admissible ; elle a été publiquement demandée par des représentant/e/s des médias http://www.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2013-04/justizjournalisten-nsu-presseplaetze  ), mais n’a jusqu’ici pas été accordée (– dimanche 14 avril –). Pire encore : aucun média turc n’avait d’abord été admis a assister au procès. Les autorités judiciaires avaient mis en place un système d’accréditation draconien. Au total, seules 50 places de journalistes avaient été attribuées à l’ensemble des médias souhaitant s’inscrire. Or, aucun organe de la presse turque ne faisait partie des heureux élus, alors que huit des victimes d’assassinats racistes commis par le « NSU » sont d’origine turque. Le journal turc « Sabah »  avait fini par saisir le Tribunal constitutionnel à Karlsruhe (voir http://www.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2013-04/nsu-prozess-medien-tuerkei-klage ), qui lui donna partiellement  raison dans une décision du 12 avril. (voir http://www.bundesverfassungsgericht.de/pressemitteilungen/bvg13-024#top ) En effet, décidèrent les juges constitutionnels, des organes de presse possédant une « proximité avec les victimes », par le fait de leur nationalité, devaient pouvoir se voir attribuer des places. Au moins cela semble avoir été rendu possible…

Les conditions du début de ce procès constituent en elles-mêmes un scandale, alors que le procès du « NSU » est lui-même susceptible de révéler d’autres scandales de grande ampleur. A condition, entre autres, que Beate Zschäpe se décide de parler, après avoir gardé jusqu’ici le silence total depuis qu’elle s’est  à la police le 08 novembre 2011.

Les autorités judiciaires, qui tablent sur une durée du procès s’étalant deux ans, ont prévu de laisser jusqu’en novembre 2013 pour les auditions de témoins, mais en programmant celles des experts  en matière d’armes et de balistique avant celles des témoins oculaires, ou encore des proches des victimes. L’objectif poursuivi – ou au moins l’effet obtenu – pourrait être que l’opinion publique commence à se désintéresser d’un procès qui prendrait  d’abord l’allure d’une longue expertise portant sur des détails techniques. Serait-ce le but recherché, Les parties civiles, ou certaines d’entre elles, ont d’ores et déjà exprimé leur crainte de rester finalement sur leur faim.

 

A l’opinion publique, allemande internationale revient le rôle de se saisir de la petite ouverture sur la vérité que crée, malgré tout, ce procès. La porte, qui n’est que légèrement entrebâillée, doit être grandement ouverte. Puis des conséquences politiques doivent en être tirées. Celles-ci ne devront pas épargner des responsables politiques ou administratifs, fussent-ils haut placés.

Bernard Schmid pour

MEMORIAL 98

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires