Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 22:33

 

Dieudonné a abandonné le langage codé sur les « sionistes » et n’hésite plus à  stigmatiser « les Juifs »

"Les gros escrocs de la planète sont tous des Juifs", déclare-t-il, « répondant » ainsi à Zemmour, qui avait affirmé que "la plupart des trafiquants (étaient) noirs et arabes". Il poursuit : "Il faut être Juif pour avoir la liberté d'expression en France. C'est une réalité. Et dire le contraire, c'est avoir peur. Mais on n'a plus peur. Ils nous ont tout fait. Ils nous ont traînés dans la boue, ils nous ont mis à l'état d'esclaves. Ils nous ont colonisés." Et de conclure : "La mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens".

Ce changement de vocabulaire est à priori étonnant chez quelqu’un qui a soigneusement veillé à  maintenir la fiction d’un combat exclusif contre les « sionistes ». Ses alliés de la « liste antisioniste » et du parti du même nom maintenaient la même fiction (voir Interdire les listes de Dieudonné ? )

Dans le climat crée récemment par la « libération de la parole » xénophobe, Dieudonné repousse les limites de la provocation. Les propos d’Hortefeux  puis de Zemmour lui permettent de justifier un discours ouvertement antisémite, présenté comme une  "riposte des opprimés".

 De plus, Dieudonné constate qu’on peut débiter des appels à la haine et à la violence, sans avoir à pâtir de conséquences particulières. Après avoir célébré le négationniste Faurisson fin 2008 au Zénith, puis encensé  Céline, puis moqué la « Shoah- ananas »,  il garde néanmoins une forme d’immunité.

Il est régulièrement invité  dans l’émission de débats de F. Taddéi ; l’ancien responsable des Guignols  Bruno Gaccio publie avec lui un livre de débat sous la houlette de Robert Ménard (ex-animateur de Reporters sans frontières et maintenant défenseur de la peine de mort)

 Le régime iranien lui garantit un soutien matériel constant à la fois par convergence idéologique et aussi en échange de ses propres déclarations à la gloire de la « démocratie iranienne ». On notera à ce propos la récente rencontre de l’ambassadeur iranien avec la fine fleur de l’extrême-droite parisienne (voir link)

Il y a donc chez Dieudonné et son compère Alain Soral  une radicalisation croissante et aussi une  volonté d’explorer  les limites de la violence du discours dans l’espace public.

Mais dans cette escalade il y a aussi un lien politique avec la succession de Le Pen et les débats en cours au sein du Front national.

 Celui-ci est partagé entre le courant « moderne » de Marine Le Pen, peu intéressé par la référence antisémite, et les traditionalistes de Gollnisch, lui-même condamné pour négationnisme et entouré de néos nazis.

Le premier  contact  de Dieudonné avec le FN portait d’ailleurs dès Mars 2005 sur la défense de Gollnisch au moment où ce dernier devait rendre compte de ses propos négationnistes

Puis ce fut le rapprochement avec Le Pen que ce dernier expliquait ainsi :

 "J'ai de l'estime pour Dieudonné, nous nous sommes rapprochés car nous avons des points communs. Nous appartenons tous les deux à la communauté des parias... Nous sommes persécutés de la même manière, à cause de notre liberté de pensée et de notre liberté de parole" (voir Le Pen et Dieudonné: la grande famille des antisémites. )

 Dans l’affrontement en cours, Le Pen soutient la candidature de sa fille Marine à sa succession. Mais  à la veille de passer partiellement la main il tient à marquer profondément la matrice antisémite de son mouvement.

Car pour lui, la revanche de la 2e guerre mondiale et des années 30 est toujours d’actualité. C’est le sens de l’obsession du « détail » que représenterait la Shoah, reprise  régulièrement depuis 1987( Le Pen et le "détail": décryptage ) .

 C’est aussi le sens de références codées  à Laval ou au statut des Juifs promulgué par Pétain (voir Le Pen et les "3 grands-parents étrangers" de Sarkozy

Le Pen manipule la mémoire et les banlieues ).  Dans un provocation passée inaperçue fin 2008, Le Pen présentant  ses vœux de Noël à la radio et à la télévision récitait le poème « Noël en taule » "  de  Robert Brasillach écrit dans la prison de Fresnes où, ce fasciste déclaré qui ne cessa de dénoncer nommément des Juifs et des résistants, attendait son procès à l’issue duquel il fut  fusillé pour intelligence avec l’ennemi ...

Pour l’encore actuel président du FN, les Juifs demeurent les ennemis éternels du nationalisme car ils sont les  porteurs du « mondialisme » abhorré. En cela Le Pen est un héritier des thèses nazies.

C’est ce besoin de revanche qui explique aussi sa déclaration  du 25 avril dernier sur Pétain "sauveur des Juifs français".

Ainsi Dieudonné se positionne dans le débat au sein du Front National qui obsède d’ailleurs toute l’extrême-droite, membre ou pas de ce parti, et aussi une fraction importante de la droite 

On peut ainsi noter que Zemmour (dont on espère qu’il aura à rendre  compte de ses propos xénophobes voir Eric Zemmour: faux rebelle, vrai raciste. ) défend dans les colonnes du Figaro la nécessité d’une  alliance électorale entre le Front National et l’UMP.

Loin d’être de simples « bouffons », ces agitateurs médiatiques participent à leur manière aux soubresauts de la recomposition à l’extrême-droite de l’échiquier politique.

Note:

A la veille du 1er mai et de la parade lepéniste qui a lieu ce jour là, nous  nous souvenons que le 1er mai 1995 Brahim BOUARAM, jeune marocain de 29 ans, a été assassiné par des militants d'extrême droite participant à un cortège du Front National et qui l'ont jetté à la Seine.
Comme chaque année nous nous retrouverons avec plusieurs associations  sur le pont du Carrousel le 1er mai à 11h pour honorer sa mémoire.

 


MEMORIAL 98

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

Stev 10/05/2010 08:01



Il faudrait rajouter que Zemmour a repris à son compte les théories d'Alain Soral, le mentor de Dieudonné. En réalité, Zemmour, Dieudonné et Soral pataugent dans le même marigot idéologique. Mais
ça, personne n'ose le dire publiquement à Eric Zemmour, toujours défendu par un certain réflexe corporatiste...



théo 30/04/2010 11:14



ps: mon précédent commentaire a évidemment un coté assez lapidaire et partiellement hors sujet. Mais je vous avoue par exemple que je suis étonné de constater que personne ne semble s'intéresser
au rôle que pourrait jouer un ouvrage comme "The secret relationship between blacks en jews", dans la constitution de l'antisémitisme dieudonnesque. Si lui-même n'évoque jamais cet ouvrage (qu'il
n'a d'ailleurs peut-être pas lu; mais y-a-t-il besoin de lire ce genre d'ouvrage pour en épouser les idées?), il est assez facile de montrer que celui-ci est bien connu dans l'entourage
propagandiste dudit Dieudonné. Sans compter que le succès de sa propagande sur internet aura probablement été renforcé par la diffusion, il y a quelques années, dans les grands médias
radiophoniques et télévisuelles, d'idées elles mêmes révisionnistes affirmant que le Code noir attesterait que personne de confession juive n'aurait participé aux traites négrières (vulgate
médiatique démonté par Piankhy, lequel a par ailleurs exposé aussi, depuis plusieurs années, les rapprochements entre Dieudonné et l'extrême droite).


Il me semble qu'au-delà de l'échange de coups avec Zemmour, et dans un cadre où effectivement Dieudonné ne fait plus beaucoup d'effort pour dissimuler sa parole, il manque véritablement une
exploration de la vision historique que se fait Dieudonné sur l'esclavage et la colonisation; et même sur le raccord qu'il peut faire avec l'idée d'une oppression historique des petites gens
occidentaux. Car dans cette vidéo où il parle de Zemmour, il parle surtout d'une solidarité qui devrait exister à ses yeux en raison du fait qu'il aurait ciblé un oppresseur historique commun.


Compte tenu de toutes les traces qu'a laissé Dieudonné sur internet, n'est-il pas tant d'étudier tout ça (avec toutes les précautions analytiques que cela requiert), au-delà des sujets
médiatiques du moment ou de la recherche de preuves de surface?


 



théo 30/04/2010 09:52



J'ai été très frappé par cette vidéo. Son entier contenu demanderait à être analysé. Au milieu des autres vidéos antisémites de Dieudonné, celle-ci rend clairement compréhensible l'ampleur de sa
vision fantasmatique et l'organisation de son délire.


Au final je trouve que la sortie qu'il fait sur Zemmour n'est certainement pas l'élément approprié pour rendre compte de l'antisémitisme de cette vidéo. Il est l'élément commode qui facilite
lui-même la codification médiatique d'une vision du monde qui demeure peu analysé, dans les textes actuels (indépendamment de l'activité qui consiste à repérer des phrases).


Au contraire, cette sortie en étant compréhensible dans le contexte d'une mise en évidence du racisme de Zemmour (lequel, s'il n'est autorisée est très nettement facilitée et finalement peu
réprimandé), est le seul moment où l'humoriste obsessionnel pourrait être justifié d'un geste de second degré au milieu d'un flot de paroles qui sont proprement hahurissante.


De manière générale, parmi les textes que je trouve sur internet ou dans les discussions qui les accompagnent je suis frappé par le fait que la recherche de phrases simples et attribuable, tend à
se substituer à la compréhension profonde des imaginaires racistes: un peu comme si l'intelligence devait s'aligner sur la mise en forme juridique du monde et sur la sloganisation de la parole.


C'est simplement mon avis personnel, mais je ne suis pas d'accord avec la démarche apparente de votre texte: porter un grand intérêt à la phrase sur Zemmour parce qu'elle semble commodément
interprétable, alors que son étude oblige justement à considérer les intentions provocatrice qui l'accompagne et en font un passage délicat à traiter. Il me semble qu'il aurait été plus
intéressant de dévoiler clairement la vision historique proprement délirante qui structure ce quart d'heure de diarhées dieudonnesque. Personnellement c'est là que j'ai trouvé Dieudonné très
inquiétant; bien plus que quand il renvoie à Zemmour la balle que celui-ci a lancé



Différences. La revue 29/04/2010 23:36



1. J'ai beaucoup travaillé sur le racisme sur Internet pour le compte du MRAP. Je suis entièrement d'accord avec vous. J'ajoute que le MRAP a il y plus de deux ans porté plainte contre le site
"Les Ogres", lié à Dieudonné, en ciblant notamment une page dénonçant les juifs néo-sionistes Drucker et Foucault (Jean-Pierre, pas Michel), qui à ma connaissance, n'ont jamais pris de position
publique en faveur du sionisme.


2. Qui osera s'attaquer à Marc-Édouard Nabe, lui aussi coqueluche des médias ?