Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 22:12

 

Arno Klarsfeld exploite son nom pour défendre les pires causes

Avec les victimes de Papon ou avec ceux qui le soutiennent ?

Candidat UMP à Paris, Il déclare dans le journal Métro du 31/05/07 : “Je ne suis pas un inconnu dans la vie politique. Ça fait longtemps que je suis engagé avec mes parents, j’ai joué un rôle déterminant dans des procès historiques comme celui de Papon, j’ai rempli des missions pour Nicolas Sarkozy… »

Revendiquant ainsi sa présence lors du procès Papon, Arno Klarsfeld doit pour le moins s’expliquer sur le pèlerinage à grand spectacle de son mentor Sarkozy auprès de Maurice Druon le 1er Mars dernier. Ce jour-là, devant de nombreux journalistes et officiels de l’UMP, Druon a adoubé Sarkozy et déclaré celui-ci représentait sa "descendance" politique
(voir Sarkozy encense Maurice Druon, ami et soutien de Papon )

 

A. Klarsfeld lui-même dénonçait Druon en ces termes dans une tribune publiée par le journal Le Monde le 4/8/2002 et intitulée Israël face à la barbarie
 «… Mais les faiseurs d'opinion européens sont imperméables à la logique dans le cas d'Israël tant ils ont été habitués à considérer les juifs comme des victimes passives. Ils sont là pour les commémorer ou pour considérer, à l'instar d'un bel esprit comme Maurice Druon, que durant la seconde guerre mondiale "ils se sont laissé mener à l'abattoir comme des moutons".

De quel côté se place donc A. Klarsfeld ?

Est-il avec les victimes et les parties civiles du procès Papon ou avec Druon qui est venu témoigner pour défendre Papon, insulter les déportés et leurs enfants? Faut-il croire le Klarsfeld de 2002 ou celui de 2007, rallié à Sarkozy et à Druon et au refus de toute "repentance"? (voir  Sarkozy jette aux orties la reconnaissance de la participation de la France à la Shoah )

Pointe avancée du ministère de la honte

Arno Klarsfeld soutient mordicus la création du Ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, voulu par Sarkozy pour attirer l’électorat du Front National. Il aurait même, selon le Journal du Dimanche dans son édition du 18 Mars dernier (ci-dessous) plaidé pour le maintien de ce terme, venu tout droit de la xénophobie traditionnelle à la française.

« Présidentielle 18/03/2007 - 10:53 Klarsfeld et l'identité nationale
Le Journal du Dimanche révèle qu'Arno Klarsfeld n'est pas pour rien dans le fait que Nicolas Sarkozy ait décidé finalement de ne pas renoncer à son concept "d'identité nationale" alors qu'il était prêt à y substituer celui "d'intégration républicaine". L'avocat, conseiller du candidat UMP a convaincu ce dernier de rester "droit dans ses bottes". "Il faut que tu ailles jusqu'au bout sinon on va croire que tu te renies", lui a-t-il dit dans l'avion qui les menait jeudi à Nantes ».

A l’inverse, Simone Weil a au moins fait connaître publiquement son désaccord avec cette mesure, en notant justement que l’accouplement de l’immigration et de l’identité nationale représentait un signal plus que douteux.

A Klarsfeld n’hésite pas à utiliser la grosse démagogie xénophobe

Confronté à la critique de son parachutage dans le 12 eme arrondissement, il répond ( dans le JDD du Dimanche 20 Mai 2007):

« C'est étrange de se voir traité de parachuté quand on habite le ViIIe, à quelques stations de métro du XIIe. Cette accusation vient souvent des partis de gauche ou d'extrême gauche qui proposent que les étrangers puissent voter aux élections nationales mais refusent qu'un Parisien se présente aux législatives à dix minutes en vélo de chez lui… »


Arno Klarsfeld exploite et trahit sans vergogne le combat de tous ceux qui ont combattu et combattent pour la mémoire, contre le racisme et le négationnisme.

MEMORIAL 98


 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

Brzustowski 04/06/2007 07:25

Je ne conaissais par votre blog, mais je le trouve particulièrement orienté et lorsqu'on se réclame de Dreyfus, il me semble qu'on ne peut se livrer à des opérations de mémoire sélective. Passe encore que vous interrogiez Arno Klarsfeld sur la visite de Sarkozy à Maurice Druon. Cet homme n'en reste pas moins un académicien, ancien résistant (à qui l'on peut reprocher sa "mémoire sélective", au même titre qu'à votre blog) qui a eu sa part du service de la France, même si l'on dénonce ses partis pris durant le procès Papon. Mais celui-là même qui a mené ce procès peut-il être soupçonné de trahison des parties civiles, alors qu'il les a défendues avec acharnement? Vous procédez comme si Sarkozy avait rendu hommage à Papon.La question de la "repentance" pose problème, lorsqu'elle est évoquée à toutes les sauces, lorsque son acceptation est "récupérée" par "les Indigènes de la République", par exemple, ou par Dieudonné (et accuser les Juifs d'en être responsables), pour se réclamer des "enfants de l'esclavage" et de la "colonisation", sans plus tenir compte de l'implication de la France dans l'abolition de l'une et le processus de décolonisation, pour l'autre et donner libre cours à une victimisation ad infinitum. Quant aux termes "d'immigration" et "d'identité nationale", ils n'ont rien de "sale" ou "d'extrême-droite" a priori, simplement parce que Le Pen s'est livré durant 30 ans à une récupération stigmatisante et à une confiscation généralisée. On peut être fier d'être issu de l'immigration et se sentir légitimement blessé par les "nique-la-France", "la France est une garce" qui sévissent aujourd'hui, penser que la notion d'identité mérite respect et redéfinition, à condition de ne pas dériver dans les mêmes marécages, qu'elle n'est pas en soi limitative, mais au contraire intégrative pour qui sait la respecter.Par contre, je ne vois aucune dénonciation appropriée sur votre site, de la campagne infâmante d'une partie de la Gauche alliée au Front National, sur des sites comme "toutsaufsarkozy.com" où le candidat de l'UMP et président est caricaturé comme Juif, agent du Mossad et des Etats-Unis, nommé sous son nom hongrois comme le dernier des "rastakouères". Par les amis de Le Pen, Soral, Dieudonné (les Ogres), mais aussi les Jeunesses socialistes de Thomas Hollande, qui s'est allié à ces sites nauséabonds. Rien non plus sur les attaques à la limite du racisme vécues ces derniers temps, depuis sa nomination par Rachida Dati, accusée de faire le jeu de l'islamisation de la France.Parce qu'ils sont de l'UMP, de Droite, alors on peut être raciste, xénophobe ou antisémite.Vous taisant sur ces caricatures ad hominem, vous n'en faites guère plus qu'Arno Klarsfeld, lorsqu'il ne se serait pas élevé contre une visite à académicien. Je dirais que c'est bien pire et que c'est le déhonneur de la République qui flotte comme étendard au-dessus de vos têtes. Drôles de "Dreyfusards" que voilà! Dreyfus pouvait difficilement être classé "à gauche", l'antisémitisme aussi était et est encore de gauche comme de droite. Ces causes ne sont pas des marottes qui sentent bon les révolutions qu'on n'aurait pas faites.Je vous laisse donc macérer vos rancoeurs post-électorales qui n'ont jamais élevé l'homme.

memorial98 10/06/2007 18:04

L'auteur de ce  commentaire est aveuglé par la mauvaise foi et la volonté de diffamer. Notre site a révélé dès le 17 Avril que les propos de le Pen sur les "3 grands parents étrangers de Sarkozy" (voir cet article) représentaient une référence codée au statut des Juifs instauré par le régime de Pétain en 1940. nous ajoutions que des sites de la mouvance de Dieudonné-Soral reprenaient cette thématique. Le journal Le Monde daté du 19 Avril a cité notre analyse puis N.Sarkozy lui-même y a fait référence. pour le reste, l'auteur du commentaire se contorsionne pour tenter de répondre aux faits précis que nous citons, notamment sur l'acharnement de Sarkozy contre la "repentance" et sa signification en rapport avec la participation des autorités françaises à la déportation des juifs ou avec le concept d"'identité nationale" utilisé comme insrument de division et d'exclusion. Il se permet aussi de diffamer les Jeunesses socialistes en les accusant d'alliance avec le site d'extrême-droite TSS. Aucun élément précis à l'appui de cette grave accusation. Précisons enfin à propos de Dreyfus que nous ne nous permettons pas d'utiliser son nom; nous nous revendiquons de l'héritage des militants de gauche qui se sont dressés contre l'antisémitisme et ont entamé le combat qui a mené au triomphe de la vérité dans l'affaire Dreyfus. Ceci ne nous empêche nullement de dénoncer et de critiquer des positions injustes à gauche. Le premier article publié sur ce site interpelle la Ligue des doits de l'homme pour sa réaction à la mort de l'abbé Pierre. Puisse le rédacteur du commentaire prendre exemple sur cette démarche et regarder ce qui se passe dans sa mouvance sarkozyste.

Jacqueline SIMON 03/06/2007 23:36

Un schéma très ordinaire : les enfants capitalisent les hauts faits des parents pour faire carrière. Arno Klarsfeld est un cas, hélas très banal. Il n'y a rien de plus à dire.Jacqueline SIMON