Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 22:56
 Affrontements à propos de la radio intégriste et antisémite 

 
À la veille des élections législatives, le Premier ministre Kaczynski prend de nouveau la défense de Radio Maryja et tente d'empêcher la création d'une journée deuropéenne contre la peine de mort.

Voir nos 5 précédents articles sur ce sujet publiés depuis le 11 juillet dernier, retraçant les étapes de cette crise et son contexte.
Depuis 2002, nous alertons sur les campagnes antisémites et xénophobes menées par les « médias de haine » polonais.

La prise de position du Premier ministre intervient après la publication d'une récente intervention du cardinal Dziwisz devant les évêques polonais, mettant en garde l'Eglise contre une menace de grave crise à cause de Radio Maryja.  Ce cardinal est l’ancien secrétaire particulier du pape polonais Jean Paul II; son intervention revêt donc une importance particulière.
"Il est absolument indispensable de mettre en place une nouvelle direction de Radio Maryja et de la télévision Trwam, pour qu'elles servent l'Eglise de Pologne sous la tutelle des évêques", a déclaré le cardinal Dziwisz devant l'épiscopat réuni le 25 août au sanctuaire de Czestochowa
Lors de cette réunion, les évêques n'ont cependant pas suivi Mgr Dziwisz. Ils ont refusé une quelconque "mesure disciplinaire" contre le père Rydzyk qui dirige Radio Maryja et ont seulement décidé d'adresser une lettre à l'ordre des Rédemptoristes dont il fait partie.
"Nous sommes au seuil d'un danger de crise - quelqu'un d'autre (Rydzyk) commence à décider de la direction que prend le sacerdoce en Pologne. Et pourtant, cette responsabilité est bien la nôtre devant Dieu et l'Eglise", a plaidé Mgr Dziwisz. Il a ajouté : "Il existe un grand danger (...) que l'Eglise polonaise toute entière soit identifiée exclusivement avec les prises de positions de Radio Maryja »
Face à cette mise en cause provenant d’une personnalité aussi symbolique, le Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski a une nouvelle fois pris la défense le 4 septembre de la station catholique intégriste et antisémite. Il a salué devant la presse le rôle de cette radio qui "a renforcé l'Eglise de Pologne et le catholicisme polonais". Il a aussi défendu le fondateur et directeur de la radio, le père Tadeusz Rydzyk.
"Cette radio, c'est un seul homme. Écartez cet homme et cette radio n'existe plus", a dit le premier ministre qui ne cache pas que son parti conservateur Droit et Justice (PiS) mise sur l'électorat proche de Radio Maryja, dans la perspective des éventuelles législatives anticipées cet automne.
Lors des législatives de 2005, le soutien apporté au PiS par Radio Maryja avait déjà pu contribuer à la victoire des conservateurs sur leurs rivaux libéraux.
 C’est le même gouvernement polonais qui a bloqué le 6 Septembre une proposition pour créer une "Journée européenne contre la peine de mort" le 10 octobre, le même jour que la journée mondiale déjà existante depuis 2003.
Lors d'une réunion de représentants des 27 à Bruxelles, la Pologne a refusé de donner son accord à cette proposition de la Commission européenne, déjà soutenue par le Parlement européen et qui nécessite encore l'accord unanime des Etats membres.
Le gouvernement des frères Kaczynski, juge cette journée sans intérêt car la peine de mort est déjà abolie dans tous les pays européens.
Elle voudrait créer à la place "une Journée de défense de la vie, qui condamnerait à la fois la peine de mort, l'avortement et l'euthanasie"
La présidence portugaise de l'UE a estimé lors de cette réunion tout débat sur la proposition polonaise "inutile" car "il n'y a pas de politique européenne sur l'euthanasie et l'avortement, alors qu'il y en a une pour l'abolition de la peine de mort".
Les frères Kaczynski au pouvoir en Pologne ont par le passé ouvertement regretté que la peine de mort ait été abolie en Europe.
En août 2006, ils ont pris une initiative sans lendemain pour tenter de modifier la Convention européenne des droits de l'homme, qui s'applique aux 47 Etats membres du Conseil de l'Europe, basé à Strasbourg, et leur interdit de pratiquer la peine de mort.
La présidence portugaise espère convaincre la Pologne de changer d'avis d'ici le 9 octobre, date à laquelle doit être signée à Lisbonne la déclaration commune de l'UE et du Conseil de l'Europe instaurant cette "Journée européenne" et réclamant l'abolition universelle de la peine de mort.
Selon Amnesty International, 1.591 personnes ont été exécutées dans le monde en 2006. La Chine, le Pakistan, l'Iran, l'Irak, le Soudan et les États-Unis sont les principaux pays qui appliquent encore la peine de mort.

A suivre ….

Memorial 98


Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

Galinar Jean-François 15/03/2009 01:58

http://tunisie-harakati.mylivepage.comLe drame en Tunisie de madame Sameh Harakati est une forme de racisme, une haine contre la justice et les droits de chacun. Une histoire à voir à travers son site internet.