Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 21:40

 

 

À la veille du début des commémorations du génocide des Tutsi, nous publions le programme des événements organisés dans les différentes villes ainsi qu’une prise de position de l’association Survie sur les responsabilités françaises que certains tentent encore d’étouffer.

 

MEMORIAL 98

 

PROGRAMME DES 17es COMMEMORATIONS 2011 DU GENOCIDE DES TUTSI DU RWANDA EN 1994

 

IBUKA Section France

 Maison des Associations - 23 rue Greneta - 75002 – Paris

 Site Web:http://www.ibuka-france.org/

MEMOIRE, JUSTICE et SOUTIEN aux RESCAPÉS

 

À PARIS:

Jeudi 7 avril

 

15h: Rassemblement et prises de paroles suivi d'une Marche (de17h à 18h) vers le Parvis des Droits de l'Homme Lieu: Mur de la Paix (Place du Champ de Mars 75007 - métro: Ecole Militaire), fin au Trocadéro

 

19h30 :Veillée du souvenir en hommage à la mémoire des disparus

 Lieu: Siège de Médecins du Monde (62 rue Marcadet 75018 - métro: Marcadet Poissonniers)

 

Mercredi 6 avril à 19h30, la Compagnie du Théâtre du BlizArt, association Traciture (Montargois) offre une lecture d'extraits des ouvrages de Jean Hatzfeld : "Dans le nu de la vie", "Une saison de machettes" et "La stratégie des antilopes" (Editions du Seuil.)

 Lieu: Mémorial de la Shoah 17 rue Geoffroy L'Asnier 75004 - métros: Saint Paul, Pont Marie

 

À CLUNY, le Samedi 9 avril :

11h - Messe à la Chapelle des Récollets

12h - Plantation d'un Gingko-biloba, inauguration d'une stèle commémorative et prises de paroles

16H Conférence débat animée par M. Kabanda Marcel sur le thème du génocide des Tutsi au Rwanda (Théâtre de Cluny)

 

À LYON Vendredi 22 avril

18h à 23h: Conférence sur " La justice face aux présumés génocidaires” . Lieu: Salle des Familles de la Maison Ravier (7 rue Ravier 69007)

 

Samedi 23 avril 14h: Cérémonie commémorative avec témoignages, discours, chants, poèmes et un dépôt de gerbe de fleurs

Lieu: au Site Mémorial (Place Antonin Poncet 69002)

18h :Veillée traditionnelle rwandaise, avec projections d'extraits de film, témoignages, prises de paroles, poèmes, chants et discussions Lieu: Maison des Passages (salle du 1er étage au 44 rue St Georges, 69005)

 

Mercredi 25 mai (Journée Mondiale de l'Afrique) - lieu et horaires à préciser ultérieurement  

18h: Conférence : La femme pendant le génocide des Tutsi au Rwanda et la femme rescapée du génocide des Tutsi au Rwanda. Avec projection de film, témoignages, prises de paroles et débats, en partenariat avec l'ONG "Regards de femmes"

 Samedi 9 juillet 14h: Conférence organisée sur le thème du « négationnisme » suivi de la clôture des manifestations des commémorations en France

Lieu: Salle des Familles de la Maison Ravier (7 rue Ravier 69005)

À BORDEAUX Jeudi 7 avril

18h: Cérémonie commémorative sur le Pont de Pierre, puis marche jusqu'à la mairie de Bordeaux Vendredi 8 avril

Projection du film "Rwanda le cri d'un silence inouï" d'Anne Lainé au Lycée François Mauriac Samedi 16 avril

Projection du film "Sometimes in April "de Raoul Peck dans le cadre de cinépalabre à la médiathèque de Bordeaux (sous réserve)

 À NANTES Samedi 16 avril

17h: Lecture de textes, poèmes (Certains des textes lus sont issus du spectacle de la compagnie Kossiwa de Flora Théfaine "La pluie et les larmes"). Accueil à partir de 16 heures. Lieu : salle La Mano, 3 rue Eugène Thomas, Nantes (Tram - Ligne 2 Arrêt : Chêne des Anglais)

 

Extraits de la déclaration de l'association Survie survie.org/

 

Le 7 avril 2011 marquera le 17e anniversaire du déclenchement du génocide des Tutsi au Rwanda. Aujourd’hui encore, la place de certains responsables politiques ou militaires français dans le puzzle de cette histoire doit être connue.

 

Des citoyens, des journalistes, des chercheurs tentent depuis 17 ans de faire la lumière sur ces faits et se heurtent à des dénégations ou à des poursuites émanant de témoins ou d’acteurs de cette époque.

 Chaque année depuis 2006, un collectif de citoyens publie une revue, La Nuit Rwandaise (link) présentant leur travail d’enquête sur l’implication des autorités françaises dans ce génocide.

En août 2008, ils relaient le communiqué du ministre de la Justice rwandais rendant publiques les conclusions de la Commission Mucyo « chargée de faire la lumière sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi de 1994 ». Cette commission a réalisé une synthèse des travaux de recherche existants et recueilli de nombreux témoignages. Ce travail l’a amenée à dresser une liste de personnalités françaises « les plus impliquées dans le génocide ».

 

Le collectif de La Nuit Rwandaise est aujourd’hui inquiété par une plainte pour diffamation concernant la simple reproduction de ce communiqué sur son site Internet..

 

Soutien aux assignés du Collectif Girondin pour le Rwanda

 En janvier 2010, un groupe de citoyens bordelais a organisé un rassemblement devant l’hôpital de Villeneuve-sur-Lot pour attirer l’attention sur Sosthène Munyemana, un médecin rwandais qui y exerce. Cet homme est recherché par Interpol depuis 2006 et il a été condamné à la prison à vie au Rwanda, pour sa participation au génocide des Tutsi. Les manifestants entendaient s’opposer à l’inertie des autorités françaises qui ont attendu le 20 janvier 2010 pour s’emparer de ce cas, alors que le médecin réside dans la région bordelaise depuis la fin de l’année 1994. En 1995, une plainte avait pourtant été déposée contre lui pour « tortures et mauvais traitements » puis « crime de génocide ».

 

Aujourd’hui, ces militants sont assignés par Sosthène Munyemana pour « atteinte à la présomption d’innocence », pour les messages qui auraient été diffusés lors de cette manifestation. Survie affirme son soutien à ces citoyens qui luttent pour l’avancée de la justice pour les victimes du génocide et appelle à signer la pétition qu’ils proposent.

 La connaissance de la vérité progresse, malgré tout

 L’année qui vient de s’écouler a vu plusieurs avancées dans la recherche sur l’histoire du génocide et la complicité française.

 Le journaliste Jean-François Dupaquier a ainsi publié en septembre 2010 L’Agenda du génocide : la déclaration de Richard Mugenzi, ex-espion rwandais.

Le témoignage de Mugenzi rappelle utilement la préparation minutieuse de ce génocide au cours des années précédant son exécution. Il décrédibilise ainsi encore un peu plus les thèses révisionnistes. Il apporte surtout un éclairage nouveau sur l’implication de la France dans ce génocide.

Mugenzi, ancien espion, a en effet été formé par des militaires français de « l’Opération Noroît », envoyés par François Mitterrand pour former l’armée du régime du président Habyarimana. Il a notamment appris à mettre en œuvre un certain nombre de techniques de guerre psychologique, diffusant un grand nombre de messages de désinformation, et tout particulièrement les faux télégrammes visant à faire croire que l’attentat contre Juvénal Habyarimana, signal de déclenchement du génocide, avait été commis par le FPR.

 

Aujourd’hui encore, la vérité doit être exposée. Ni les crimes commis par le FPR, ni la réalité du pouvoir rwandais, où Paul Kagamé se maintient depuis 17 ans, n’exemptent un certain nombre de personnalités françaises de premier plan de leurs responsabilités dans le génocide des Tutsi.

 

Aujourd’hui encore, les citoyens français doivent exiger des explications sur l’implication de notre pays dans ce crime des crimes et la justice doit être rendue.

(voir aussi Génocide rwandais : un anniversaire particulier .

Rwanda: quatorzième anniversaire du génocide)

MEMORIAL 98

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires