Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 22:05

 

Ayons l’obsession de la mémoire de l’anti-nazisme

Une réaction de Souâd Belhaddad.

Lars Van Trier, aujourd’hui. John Galliano, hier. Et peut-être (sans doute ?) d’innombrables anonymes, au comptoir d’un bar, dans un salon privé, exprimant des propos analogues : « Hitler a fait des mauvaises choses mais… », «  I love Hitler… »

Combien de fois ai-je entendu que « bon, la Shoah, ça va, on en parle trop » ? Mais si, aujourd’hui, en 2011, ce que nous entendons publiquement, dans un café ou à une prestigieuse tribune cannoise est possible, à quoi cela a-t-il donc servi de « trop » en parler ?

 Pour ma part, je pense qu’il faut en parler encore. Plus que jamais en cette période où l’Europe marque une croissance de l’extrême droite, où la France permet l’expression d’une parole raciste qui menace notre cohésion, il faut en parler. 

Continuer de (tenter…) transmettre cette mémoire. Il faut en faire une obsession.

On le sait (ou ne veut-on pas le savoir ?): derrière ce nom de Hitler, c‘est le fascisme qui est relativisé – celui-là même qui reprend beaucoup de terrain en Europe. C’est le génocide des Juifs et des Roms et l’antisémitisme qui sont relativisés.  C’est la banalité du mal qui est  consacrée. La banalité du mal, nous y voilà désormais !  « Je pense qu’il a fait de mauvaises choses… » dit Lars Von Trier – sans que personne de son équipe à ses côtés ne se lève pour quitter cette conférence de presse, même sans un mot, ne serait-ce que par signe de désapprobation.

 Dans le café où Galliano a sévi, il s’agissait de  clients anonymes autour.

 Dans le cas de Van Trier, ce sont des acteurs et actrices de renommée internationale, des journalistes… et donc la possibilité d’être vus par le monde entier, à travers leur réaction. Mais pas de réaction.

Des « mauvaises choses »,   cela s’appelle un génocide. Un génocide, c’est la planification puis la mise à exécution de l’extermination d’un peuple. Mais ces « mauvaises choses », c’est ce qui n’apparaît plus si important dans ce XXIe siècle, porteur d’une  parole qui se libère de façon effrayante. Tout peut se dire désormais sur les Noirs, les Arabes,les Roms, les musulmans, les femmes.

 Maintenant Hitler… La boîte de Pandore est désormais dangereusement ouverte. Prochaine étape ?

  Avec une grande tristesse, je pense aux derniers rescapés des camps. Plus de soixante après la Shoah, beaucoup sont proches de disparaître. Bientôt, ils ne seront plus là pour dire, témoigner que «  ces mauvaises choses » ont été les pires de l’Humanité. Un rescapé de génocide, par définition, est toujours seul «  avec ça », cette tragédie. Aujourd’hui, comme ils doivent se sentir encore plus seuls.

 

 Souâd Belhaddad

Auteur de SurVivantes, Rwanda dix ans après

La fleur de Stéphanie, Rwanda entre déni et réconciliation

(voir aussi Algérie, antisémitisme: un texte de Souâd Belhaddad

France-Rwanda: escalade et négation)

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

nathalie benezra 25/05/2011 07:11



Un beau texte pertinent et sensible, les mots peuvent ils combattre les maux?


J'espère qu'il y aura encore beaucoup d'autres mots pour faire barrage a cet insupportable déferlement de bêtise haineuse qui auraient pu paraître comme la signature d'un autre temps.


Nathalie



tipanda 20/05/2011 23:56



Il faut parler de la shoah, ne pas laisser l'oubli s'installer. C'est plus facile à dire qu'à faire. Même devant le pire, l'attention est rapidement usée par la répétition. Il faut donc soigner
ses talents de débatteur et de communicant.