Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 13:02

L'Assemblée Nationale a déjà voté le 12 octobre 2006, une loi pénalisant la négation du génocide des Arméniens. Ce texte a été bloqué pendant plus de cinq ans au Sénat par une majorité composée de la droite et d’une petite partie de la gauche.
 Cette attitude de blocage contredisait déjà les promesses électorales de Sarkozy.  Celui-ci, alors candidat UMP aux élections présidentielles, avait  indiqué 
le 24 avril 2007, dans une lettre adressée à la communauté arménienne de France :
 
« Je partage pleinement votre volonté que la France s’oppose au négationnisme d’État, à une propagande qui vous meurtrit, une propagande indigne... ».
 L’explication tient sans doute dans le double jeu permanent de l’UMP ; ainsi, un document rendu public par le site WikiLeaks le 19 décembre 2010, a révélé qu’un conseiller diplomatique de l’Elysée, dépêché à Ankara le 29 mai 2007 par le même Sarkozy nouvellement élu, avait confié à ses interlocuteurs du gouvernement turc, que « Sarkozy s’assurera que le projet de loi du génocide arménien [pénalisant le négationnisme] meurt au Sénat français. »

Les associations arméniennes réunies au sein du CCAF, à l’instar de nos partenaires du Collectif VAN (vigilance arménienne contre le négationnisme) http://www.collectifvan.org, appellent sans relâche au vote d’une loi pénalisant le négationnisme. Cette loi est destinée non pas à museler les historiens, mais au contraire à les protéger des attaques des faussaires de l’Histoire.

Certains historiens et notamment Pierre Nora combattent toutes les lois dites «  mémorielles ».

(voir http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=59599

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=59600

 L’historien Gilles Manceron, dirigeant de la Ligue des Droits de l’Homme, développe une position plus nuancée : pour lui, toutes les lois mémorielles ne sont pas infondées. La loi Gayssot de 1990 pénalisant la négation du génocide juif est selon lui justifiée en France où «l'antisémitisme est un phénomène qui a des racines plongeant loin et qui peut encore resurgir» et où «il y a une vigilance particulière à avoir». En revanche, «il n'existe pas de problème de racisme anti-arménien en France, il n'y a donc pas besoin de faire des lois pour protéger la sécurité des Arméniens». Cette position méconnaît ou néglige la particularité du génocide arménien dont la reconnaissance et la mémoire sont confrontés aux immenses ressources de l' appareil d’Etat turc.

Les gouvernements turcs successifs mènent en effet un négationnisme d’Etat avec des moyens humains et financiers considérables visant à intimider les universitaires, les journalistes et le monde associatif.
 
L’une des armes du gouvernement turc consiste à faire plier ses opposants par des procès qui peuvent déboucher sur des dommages financiers colossaux (aux Etats-Unis, les sommes se chiffrent même en millions de dollars) ou au moins sur une perte de temps et d’énergie importante pour les personnes poursuivies.
 
En France, les historiens, les journalistes, les responsables associatifs, les hommes politiques, dès lors qu’ils travaillent hors des sentiers balisés par l’historiographie officielle de l’Etat turc, s’attirent des pressions, des menaces,  des insultes et des appels à la haine, diffusés à grande échelle sur Internet. Ces textes émanent le plus souvent des animateurs du site négationniste Turquie News, qui menacent de procès quiconque les traiterait de négationnistes.


 Aux Etats-Unis, pays de la liberté d’expression s’il en est, les chercheurs de l’Université du Minnesota font face à un procès intenté par la Turkish Coalition of America. Est particulièrement visé par cette procédure, le professeur français Bruno Chaouat, Directeur du Centre d’études de l’Holocauste et des génocides de l’Université du Minnesota [voir la pétition de soutien : http://soutien-chercheurs minnesota.org/fr/index.php].


 
Ceux qui nient justifient ou minimisent les génocides, utilisent le levier de la liberté de recherche et d’expression pour se poser en victimes de la censure alors que la réalité est tout autre : ce sont eux qui, pour bâillonner la vérité historique, portent plainte dès lors qu’ils sont désignés comme négationnistes du fait de leurs provocations permanentes.


La nouvelle vedette de l'UMP, Eric Zemmour, qui venait d'être tout fraîchement condamné pour provocation à la haine raciale( Zemmour en procès : l’objet du scandale) a d'ailleurs attaqué cette loi lors de son intervention lors du colloque de ce parti à l'Assemblée nationale le 2 mars 2011.

Sous les applaudissements de l’aile dure dite « Droite populaire »  il a réclamé:

"Supprimez les lois sur la discrimination raciale, supprimez les lois mémorielles…Pendant que vous y êtes, si vous pouviez supprimer les subventions [des associations antiracistes], ça ferait du bien au budget de l’Etat et à la liberté."

La même droite dure est à l’offensive actuellement  pour empêcher le vote actuel.

Supprimer les lois mémorielles constitue une idée dangereuse pour Serge Klarsfeld, indigné, mais pas surpris, par les propos de l’éditorialiste et les commente ainsi: "Nous les attendions..."  Pour l’historien, sans la loi Gayssot, "les attaques antisémites se multiplieront".

"Ces lois ont été votées par la gauche. (A droite NDLR) De Nicolas Sarkozy à François Bayrou, ils s’étaient tous abstenus." Le défenseur des fils et filles de déportés juifs de France met toutefois en garde : "Si cette dérive se confirme, nous saurons nous en souvenir

L’Etat turc dépense actuellement des sommes colossales  pour faire prospérer la négation du génocide arménien de 1915 dans la perspective de son centenaire en 2015; en conséquence le domaine de la recherche historique et celui de la presse risquent d’être de plus en plus touchés. Il est du devoir de la République de protéger les citoyens contre la pression négationniste, car « le législateur français ne fait pas l'histoire, mais prend acte de faits historiques incontestables et les rend opposables à toutes les personnes placées sous la juridiction de la France, au nom du principe absolu de respect de la dignité humaine. » (selon les termes juridiques du  Code Dalloz n°29 du 3/8/2006).
 

La négation du génocide des Arméniens fonctionne comme tous les négationnismes: elle veut imposer un discours qui pervertit la vérité historique et sème la haine contre les victimes.

La résistance à de tels agissements est un commandement moral en même temps qu’un impératif intellectuel.

(Voir sur ce site

Actualité : 1er Mai, Arménie

Le 25 avril: contre tous les négationnismes.

Turquie : soutien à un intellectuel emprisonné

Négationnisme: ensemble le 25 avril à Paris

Arménie-Turquie: ouverture ou illusion ?

Génocide arménien : vers une reconnaissance en Israël ? Rassemblement contre le déni à Paris

MEMORIAL 98

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

Timoxana 23/12/2011 14:47


Bonjour,


Je viens de lire votre article que je trouve fort intéressant et bien écrit. Personnellement, j'ai eu une réaction forte contre cette loi que je trouve opportuniste
et électoraliste. De plus, je ne pense pas que la France - pire encore, la France sarkozyste - soit bien placée pour juger d'une Histoire qui nous est commune mais qui n'est pas nationale.


A mon sens, il faudrait tout d'abord commencer par le commencement et faire juger ce sombre passé par une Cour pénale internationale. Le jugement doit rester au juge
et non à une Assemblée qui n'avait ni accusés ni accusateurs, ni procureurs ni juges ni avocats pour condamner. Je ne suis pas experte en droit -  ni en quoi que ce soit d'ailleurs - mais d'imaginer que je pourrais un jour être condamnée sans passer par la case tribunal me fait frémir.


Quant aux historiens, il y a sans doute d'autres moyens de les protéger depuis ici et jusqu'en Turquie. J'ai l'impression que si on activait un peu plus le foulard
des enjeux commerciaux et diplomatiques, on n'en serait plus là ... Comme avec Kadhafi !! On a d'abord fermer les yeux, déployer le tapis rouge et ensuite, on a fait péter les bombes !!!


Vous ne trouvez pas que l'on s'y prend toujours à l'envers ??


Bien à vous


Joyeuses fêtes
Timoxana

memorial98 25/12/2011 23:50



Merci pour votre contribution. Vous avez raison de mettre en cause l'électoralisme de Sarkozy (voir notre réponse au commentaire précédent de Tipanda). Mais on ne peut pas se limiter à ce
constat. Le génocide des Arméniens, bien réel, est reconnu par la République française depuis plusieurs années. Néanmoins aucune mesure n'empêchait la mise en oeuvre d'un négationnisme étatique
turc disposant de tous les moyens dudit Etat. De nombreux intellectuels et défenseurs des droits de l'homme turcs en ont été ou en sont victimes par des menaces judiciaires comme l'écrivain et
prix Nobel Ohran Pamuk. L'écrivain et journaliste turc d'origine arménienne Hrant Dink a été assassiné à Istanbul au nom de ce négationnisme. Les Arméniens de France, descendants des survivants
du génocide, ont le droit d'être protégés contre ce déni qui entretient sans cesse la souffrance de l'extermination.Dorénavant, les négationnistes pourront être traduits en justice.


La Cour Pénale Internationale quant à elle, n'est pas concernée car c'est le pays dans lequel les crimes ont été commis qui doit livrer les accusés (cf Serbie). Or ce pays justemment nie
l'existence même du crime.


Bonne année à vous aussi, pour la justice et la fin de l'impunité. 



tipanda 22/12/2011 18:02


L'heure n'est pas aux chichis. Nous n'avons rien de commun agec l'UMP, soit, mais quand il lui arrive de prendre une bonne décision, il va de soi que nous l'approuvions.


La pénalisation du négationnisme fait partie de la reconnaissance du génocide. A quoi bon proclamer cette reconnaissance si aucune sanction n'est prévue à l'encontre de ses négateurs. Des Turcs
sont fâchés ? La belle affaire !


La vérité ne fluctue pas au gré des humeurs.

memorial98 25/12/2011 21:15



Nous maintenons notre analyse: la droite UMP et Sarkozy ont bloqué cette lois pendant plusieurs années et la font voter dans un contexte électoral. Le gouvernement turc confirme d'ailleurs ce qui
avait déjà été révélé par WikiLeaks: Sarkozy lui avait promis de bloquer la loi au Sénat, dominé par la droite.


En l'occurence le PS et Hollande ont eu raison de voter la loi et de dénoncer la démarche UMP, qui d'ailleurs n'aboutira pas avant les élections. Au passage on notera que Mme Boyer se retrouve
individuellement sous la menace.