L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

 

 

rejoindre-facebook.png

twitter.jpg

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

Recherche

Archives

Recommander

Mardi 26 octobre 2010 2 26 /10 /Oct /2010 21:57

 

Nous republions un article de janvier 2010 rédigé au moment où Georges Frèche venait de se livrer à une attaque contre Fabius.

La suite des évenements a montré que faute d'unité à gauche, Frèche a été réélu.

Les éloges funèbres actuels, qui choisissent de passer sous silence la gravité de ses dérives à caractère raciste ajoutent à la confusion causée par la trop longue complaisance d'une partie de la gauche à son égard.

Memorial 98

 

Article du 31 Janvier 2010

G. Frêche savait parfaitement ce qu’il disait quand il a mis en cause Fabius sur sa  «tronche pas catholique »
 L’extrême droite et  le journal « Minute » ont en effet  très souvent caricaturé et attaqué la « tronche » de Fabius sur un mode antisémite, notamment dans l’affaire du sang contaminé.
Cette dimension de notoriété publique n’est certes pas inconnue de l’imprécateur raciste de Montpellier, mais il pense que tout lui est permis, particulièrement à l’égard de « communautés » qui lui seraient redevables d’actes en leur faveur.
C’est le sens de sa lettre à Fabius dans laquelle il redouble son propos initial
Il y  prétend que son insulte "n'a pas de connotation religieuse"et poursuit :"...tu connais depuis longtemps mon amitié pour Israël. L'action que j'ai conduite en faveur de la communauté juive en porte le témoignage", On notera au passage l’amalgame entre la communauté juive et Israël.
Il réagit exactement, au terme près, comme en son temps Jacques Médecin, maire ultra-droitier de Nice quand celui-ci avait en 1990  réagi violemment au refus des membres de la communauté juive de cautionner son rapprochement avec Le Pen.  Il avait attaqué les  «Israélites qui ne refusaient jamais un cadeau»; interrogé plus tard sur cette réaction, il se justifie ainsi, sur le mode clientéliste:
«  J'étais de toutes les fêtes de la communauté, de tous leurs défilés, de toutes leurs manifestations. Mes propos ont été déformés, délibérément. En parlant, j'évoquais un problème de politesse. Et on m'a lynché dans le monde entier. »
Malgré ses propos abjects et redoublés contre les Harkis « sous-hommes », puis contre les Noirs trop nombreux en équipe de France, récemment contre  les militants de la Cimade (au passé glorieux de sauvetage de Juifs pendant la guerre) traités carrément de nazis il y a 15 jours parce qu’ils manifestaient contre l’entreprise israélienne Agrexco, Frêche avait malheureusement bénéficié de la complaisance d’une partie de la direction nationale du PS et des dirigeants locaux corrompus de ce parti.
Qui sont les  encore aujourd’hui les défenseurs de Frêche ?
JL Nicolin, affairiste, président de club de foot local,  grand pourfendeur homophobe et misogyne de « tarlouzes et de gonzesses ».
Le président du CRIF R. Prasquier lui délivre un certificat de bonne conduite, tout en légitimant le grandébat sur l’Identité nationale. Frêche utilise évidemment cette aubaine venue du CRIF. Au même moment, le CRIF  exclut le PC et les Verts de sa réception annuelle  et invite Eric Besson à son dîner annuel en Rhône-Alpes. C’est la marque de la dérive que nous avons déjà évoquée et qui semble s'aggraver . (voir surce site  Stéphane Guillon: bravo! ) Notons que pour la LICRA au contraire et fort pertinemment cette fois çi «il s’agit d’une stratégie délibérée afin de glaner les votes des électeurs du Front National dans la région qu’il convoite.» La LDJ, porte-parole de l’extrême-droite juive soutient aussi Frêche.
 JC Gayssot, ancien ministre communiste, se range aux côtés de Frêche avec les corrompus locaux du PS.
Des responsables nationaux du PS tels V. Peillon, Moscovici et Ségolène Royal bien sûr lui trouvent encore des excuses
L’attitude du PS à l’égard de Frêche a représenté une véritable tragédie :  malgré les alertes répétées, malgré les cris d’alarme des militants antiracistes depuis de nombreuses années, sa direction a attendu ce  dernier éclat  pour enfin se séparer électoralement de celui qu’elle avait pourtant exclu dès 2007
Cette pusillanimité peut entretenir l’idée que le PS s’émeut seulement quand l’insulte est antisémite.
 Néanmoins,  on ne peut qu’espérer que de ce mal sorte un bien. Il est temps que toute la gauche, au-delà de ses divergences tout à fait réelles, s’unisse véritablement, sans calcul de préséance  pour débarrasser la région de l’imprécateur qui la dirige. Le pire serait que les calculs des uns et des autres permettent à Frêche de prétendre encore une fois comme en 2008 devant des étudiants : "Moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue."

Par memorial98 - Publié dans : memorial98
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés