Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

_______________________________________

__________________________________________

Retrouvez aussi le quotidien de l'info antiraciste sur notre blog d'actus :

__________________________________________________________    

________________________________________________________

Sur les réseaux sociaux : 

    

____________________________________________

_____________________________________________

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

______________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 21:54

Georges Frêche savait parfaitement ce qu’il disait quand il a mis en cause Fabius sur sa  «tronche pas catholique » 

 

L’extrême droite et  le journal « Minute » ont en effet  très souvent caricaturé et attaqué la « tronche » de Fabius sur un mode antisémite, notamment dans l’affaire du sang contaminé.

 

Cette dimension de notoriété publique n’est certes pas inconnue de l’imprécateur raciste de Montpellier, mais il pense que tout lui est permis, particulièrement à l’égard de « communautés » qui lui seraient redevables d’actes en leur faveur.

 

C’est le sens de sa lettre à Fabius dans laquelle il redouble son propos initial

Il y prétend que son insulte "n'a pas de connotation religieuse" et poursuit :"... tu connais depuis longtemps mon amitié pour Israël. L'action que j'ai conduite en faveur de la communauté juive en porte le témoignage", On notera au passage l’amalgame entre la communauté juive et Israël.

 

Il réagit exactement, au terme près, comme en son temps Jacques Médecin, maire ultra-droitier de Nice quand celui-ci avait, en 1990, réagi violemment au refus des membres de la communauté juive de cautionner son rapprochement avec Le Pen. Il avait attaqué les  «Israélites qui ne refusaient jamais un cadeau»; interrogé plus tard sur cette réaction, il se justifie ainsi, sur le mode clientéliste: «  J'étais de toutes les fêtes de la communauté, de tous leurs défilés, de toutes leurs manifestations. Mes propos ont été déformés, délibérément. En parlant, j'évoquais un problème de politesse. Et on m'a lynché dans le monde entier. »

 

Malgré ses propos abjects et redoublés contre les Harkis « sous-hommes », puis contre les Noirs trop nombreux en équipe de France, récemment contre  les militants de la Cimade (au passé glorieux de sauvetage de Juifs pendant la guerre) traités carrément de nazis il y a 15 jours parce qu’ils manifestaient contre l’entreprise israélienne Agrexco, Frêche avait malheureusement bénéficié de la complaisance d’une partie de la direction nationale du PS et des dirigeants locaux corrompus de ce parti.

 

Qui sont, encore aujourd’hui, les défenseurs de Frêche ?

 

Jean-Louis Nicolin, affairiste, président de club de foot local,  grand pourfendeur homophobe et misogyne de « tarlouzes et de gonzesses ».

 

Le président du CRIF R. Prasquier lui délivre un certificat de bonne conduite, tout en légitimant le grandébat sur l’Identité nationale. Frêche utilise évidemment cette aubaine venue du CRIF. Au même moment, le CRIF exclut le PC et les Verts de sa réception annuelle et invite Eric Besson à son dîner annuel en Rhône-Alpes. C’est la marque de la dérive que nous avons déjà évoquée et qui semble s'aggraver (voir notre article  Stéphane Guillon: bravo! ) Notons que pour la LICRA au contraire et fort pertinemment cette fois çi «il s’agit d’une stratégie délibérée afin de glaner les votes des électeurs du Front National dans la région qu’il convoite.» La LDJ, porte-parole de l’extrême-droite juive soutient aussi Frêche.

JC Gayssot, ancien ministre communiste, se range aux côtés de Frêche avec les corrompus locaux du PS.

Des responsables nationaux du PS tels V. Peillon, Moscovici et Ségolène Royal  lui trouvent encore des excuses 

 
L’attitude du PS à l’égard de Frêche a représenté une véritable tragédie :  malgré les alertes répétées,malgré les cris d’alarme des militants antiracistes depuis de nombreuses années, sa direction a attendu ce  dernier éclat  pour enfin se séparer électoralement de celui qu’elle avait pourtant exclu dès 2007
 

Cette pusillanimité peut entretenir l’idée que le PS s’émeut seulement quand l’insulte est antisémite.

 

Néanmoins, on ne peut qu’espérer que de ce mal sorte un bien. Il est temps que toute la gauche, au-delà de ses divergences tout à fait réelles,s’unisse véritablement, sans calcul de préséance pour débarrasser la région de l’imprécateur qui la dirige. Le pire serait que les calculs des uns et des autres permettent à Frêche de prétendre encore une fois; comme en 2008 devant des étudiants : "Moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue."

 

 MEMORIAL 98

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by memorial98 - dans memorial98
commenter cet article

commentaires

tipanda 02/02/2010 23:27


Point commun entre Le Pen et Frêche : les coups de gueule bien calculés et les grosses plaisanteries qui excitent les commentateurs. Naguère, les médias sont tombés dans le panneau, ils ont
abondamment parlé de Le Pen qui n'attendait que cela. Plus grave, la classe politique en a fait autant. Les leçons de l'histoire, même proche, ne servent à rien et Frêche bénéficie du même succès
publicitaire que Le Pen.
L'individu n'inspire pas la sympathie mais le temps consacré à la relation de ses "exploits" et des cris d'horreurs qui lui répondent font le jeu des froids calculateurs. Des nuisibles discrets
préparent froidement leurs sales coups, bien tranquilles, pendant que la scène est le monopole des bouffons.


Madeleine Bigot 01/02/2010 10:08


Bonjour.

Désolée, je ne suis pas d'accord avec la plus grande partie de votre analyse. Je tiens tout d'abord à préciser que Frêhce ne m'est nullement sympathique et pour beaucoup de raisons - en plus il est
horriblement vulgaire. On peut reprocher assurément beaucoup de choses à Frêche, mais sûrement pas d'être raciste ou antisémite. Il est surtout vistime de ce ui s'appelle un franc parler et des
interprétations tendancieuses qui en sont faites.
Ne pas être "très catholique" est une vieille expression populaire française qui n'a absolument aucune conotation religieuse ou raciale depuis des siècles. Elle signifie que l'autre a une sale
tête, une tête à faire des embrouilles, une tête de celui qui n'hasite pas à faire un mauvais coup, une tête de malhonnête. On ne va tout de même pas reprendre dea à z les mots et les expressions
qui font justement la richesse d'une langue ! "C'est pas très orthodoxe" n'a rien à voir avec la religion et le fait d'assurer avoir "travaillé comme un nègre" n'en en rien raciste.

D'autre part, lorsque vous dites que Frêche confond la communauté juive - française je pense - et Israël, vous affirmez que les deux n'ont rien à voir. C'est faux, du moins dans un sens : certains
qui ont des amis Juifs, et des Juifs également, ne soutiennent pas du tout Israël et le sionisme (sachant bien qu'Israël et sionisme ce n'est pas la même chose) Mais les amis d'Israël, dont je
m'ennorgueillie d'être, sont également amis des Juifs, et de façon souvent inconditionnelle, comme je le suis.

Il faut juger les gens sur leurs actes, non sur leurs paroles. Un verbe haut, voire agressif, ne dénote pas une âme basse.

Je sais combien les choses sont difficiles et le deviennent de plus en plus. Isolée dans une campagne française où règne un sorte d'antisémitisme rampant et inavoué, je défends toujours et les
Juifs de France et d'ailleurs, et Israël, sans jamais la moindre hésitation, le moindre regret. Je dénonce les mots, les attitudes, les idées, et il arrive que je me fasse insulter - en face, dans
le meilleur des cas. On me pose des questions, je réponds sans jamais dévier d'un iota. Non, les Juifs ne sont pas tous mauvais, tant s'en faut, non il n'y a pas de "lobby" juif agissant dans
l'ombre, oui Israël a raison de se défendre, et je donne mes arguments, mes analyses. J'essaie sinon de convaincre, du moins de faire réfléchir. C'est difficile, moi petite Française ordinaire,
même pas Juive et qui pleure sur le sort d'un peuple victime d'injustu-ice depuis des millénaires.

Des positions comme la vôtre rendent ma tâche difficile - de grâce, ne tombez pas dans ces travers politiciens qui ne servent qu'à cacher la réalité. Vous méritez, Israël, les Juifs du monde et
leurs amis méritent mieux que cela.

Merci de m'avoir permis de m'exprimer.