L'association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l'affaire Dreyfus.  

Son nom fait référence aux premières manifestations organisées en janvier 1898, pendant l'affaire Dreyfus, par des ouvriers socialistes et révolutionnaires parisiens s'opposant à la propagande nationaliste et antisémite.

Ce site en est l'expression dans le combat contre tous les négationnismes

(Arménie, Rwanda, Shoah ...)

 

 

rejoindre-facebook.png

twitter.jpg

 

Pour correspondre avec nous, nous proposer des articles ou des informations,

pour toute question : 

contact@memorial98.org

Recherche

Archives

Recommander

Mercredi 6 octobre 2010 3 06 /10 /Oct /2010 22:12

 

L’affaire Pederzoli se poursuit : cette enseignante d’Histoire-Géographie au lycée Loritz de  Nancy reste suspendue en raison de son travail pédagogique sur la Shoah.

Le rapport d’inspection qui a motivé cette sanction lui reproche notamment d’utiliser le terme Shoah au lieu de « génocide » (voir sur ce site  Shoah interdite d'enseignement? et www.betapolitique.fr/Shoah-interdite-d-enseignement-57567.html pour la discussion qui suit l'article)

Son comité de soutien, auquel nous avons adhéré, organise un  rassemblement de soutien à Catherine Pederzoli ce dimanche 10 octobre 2010 à 15 heures, aux abords du ministère de l’Education nationale à Paris (rendez-vous angle rue de Grenelle et rue de Saint-Simon – Paris 75007 – Métro Bac)

Nous vous appelons à y participer, pour réclamer la levée de sa suspension et de toutes les sanctions la touchant. 

L’association nationale des professeurs d’histoire et géographie (APHG) lui a apporté son soutien en ces termes :

« L’APHG demande la levée immédiate de la sanction prise contre un professeur d’histoire- géographie de Nancy

L’APHG rappelle son attachement à l’enseignement historique de la Shoah à l’école en CM1 /CM2, en Troisième et en Première, un enseignement rigoureux fondé sur des travaux historiques, des témoignages d’anciens déportés et des documents audiovisuels de qualité exceptionnelle comme le film « Shoah ».

L’APHG regrette que l’affaire du lycée Henri Loritz de Nancy concernant un voyage à Auschwitz n’ait pas été réglée à l’amiable dans le cadre de l’établissement ou au niveau académique. L’APHG dénonce le caractère inadmissible de la sanction prise à l’égard de notre collègue suspendue pour 4 mois et demande la levée immédiate de cette mesure administrative injustifiée.

Elle rappelle que le mot Shoah reproché à notre adhérente Catherine Pederzoli est couramment utilisé dans les cours d’histoire, présent dans de nombreux manuels pour désigner l’extermination des juifs et montrer l’ampleur de leur anéantissement à l’échelle de toute l’Europe. Qu’il est donc scandaleux de le reprocher à notre collègue.

D’autant qu’il existe en France des organismes comme « La Fondation pour la mémoire de la Shoah » longtemps présidée par Madame Simone Veil et le Mémorial de la Shoah qui existent pour illustrer, valoriser les recherches, les manifestations, les projets pédagogiques sur et autour de la Shoah.

L’APHG soutient les voyages sur les lieux de mémoire des crimes nazis à condition que ces voyages soient organisés, préparés à l’école et en classe et bien encadrés, qu’ils soient réservés à des élèves motivés, volontaires des classes de 1 ère et de terminale. Notre collègue organise depuis plusieurs années des voyages en Pologne et en République tchèque. Son dernier voyage date de 2010. La mise en cause par l’administration du voyage dirigé par notre collègue en 2009 aux camps de Maidanek, d’Auschwitz, à Prague peut décourager de jeunes professeurs de se lancer à l’avenir dans cette pratique… »

Avec nos amis de l’association Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] qui participent aussi au soutien et au rassemblement du dimanche 10 octobre nous tenons à souligner l’importance de la transmission de la mémoire et de l’Histoire de la Shoah, et au-delà, de celles de tous les génocides et crimes contre l’humanité. Comme l’estime l’association internationale des enseignants et universitaires dans le champ des génocides] ,  c’est notamment par l’éducation et par la sensibilisation aux génocides, au négationnisme, à l’antisémitisme, à la discrimination et au racisme, que les jeunes d’aujourd’hui peuvent se préserver des tentations totalitaires auxquelles ils pourraient être confrontés demain.

(voir aussi sur ce site

Négationnisme: ensemble le 25 avril à Paris

Berlin : hommage à une Juste allemande

Sarkozy et la Shoah : analyse d’une manipulation  

MEMORIAL 98

PS: Nous apprenons que parmi les soutiens de Mme Pederzoli figurent  aussi d'une part C. Goasguen qui compare le sort des habitants du 16 eme arrondissement de Paris à celui des victimes de la Shoah  (voir  Qui manipule l’étoile jaune ? ) et d'autre part l'UPJF, qui a remis récemment à B. Hortefeux, condamné pour injure raciale, un prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme( voir Stéphane Guillon: bravo! )  .

Cela ne remet pas en cause notre soutien à Mme Pederzoli qui s'inscrit dans notre combat contre tous les racismes et les négationnismes et donc évidemment contre la politique xénophobe du gouvernement en place.

 


 

Par memorial98 - Publié dans : memorial98
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés